Accès au crédit

 

Le Fagace et la BC-PME  dévoilent leurs mécanismes  de financement

 

 Ces deux institutions financières ont présenté hier aux chefs d’entreprise des instruments devant leur permettre de voir le bout du tunnel.

 

99,2% des entreprises camerounaises sont des PME, selon l’Institut national de la statistique du Cameroun. Vu cette  importance numérique, le Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE), institution financière internationale  spécialisée dans la promotion des investissements publics et privés,  propose des instruments devant  permettre aux chefs d’entreprises d’entrevoir le bout du tunnel.  Quelques uns ont été dévoilés  hier jeudi, au cours de la toute première « journée de financement de la PME/PMI » organisée par  la Bourse de la sous-traitance et de partenariat du Cameroun (BSTP-CMR).

 

De  tous les mécanismes  que  le Fagace offre pour compétitivité des PME/PMI, figure la garantie de financement,  l’allongement du délai des crédits,  le financement direct,  les prises de participation, la garantie des opérations à court terme visant à promouvoir le commerce ou les productions locales …  Au sujet  de l’insuffisance  de garantie et du faible niveau de rentabilité,  le Fonds africain  intervient en tant qu’une garantie  en faveur des projets viable et en allongement de la durée du crédit ou en bonification.  Il en est de même pour l’insuffisance  managériale où  le Fagace  assiste techniquement lors de l’instruction des dossiers à travers des missions d’évaluation.

Le Fagace s’engage  par ailleurs à partager les risques avec les banques  pour ce qui  concerne  la difficulté de trésorerie. Pareil pour  l’insolvabilité  du promoteur où  l’institution va carrément se substituer au promoteur. Des mécanismes louables mais qui ne n’engagent que des entreprises dont le capital tourne autour de 100 millions de FCFA.  N’empêche,  « nous voulons accroitre les opportunités d’accès aux financements des PME et apporter des garanties financières  afin de réduire  les risques au niveau des banques », a expliqué Christine Ndzana, Attaché  du représentant régional Afrique centrale du Fagace.

 

 

Le Fagace n’est pas la seule institution financière à voler au secours des PME en quête d’argent pour financer leurs projets. C’est aussi le cas  de la Banque camerounaise des petites et moyennes entreprises  (BC-PME) qui, dès novembre 2015, va octroyer ses  premiers crédits à la clientèle. Ainsi, la BC-PME  offre aux chefs d’entreprises  des produits clés en main c’est-à-dire ceux  sur lesquels  les besoins des clients ont été identifiés à l'avance:   le financement lié à l’exécution des commandes et des contrats, des produits liés  à la mobilisation du poste client (l’avance sur facture,  l’escompte de traite ou l’affacturage), les produits liés aux engagements par signature,  les cautions et le financement des actifs.  En même temps, la banque des PME a identifié des besoins  qui intéressent les commerçants et les professions libérales.

 

En dehors de tous ces instruments,  la  BC-PME et la BSTP ont signé hier  une convention de partenariat. Celle-ci consiste à faciliter l’accès aux crédits aux PME/PMI à des conditions préférentielles. Cependant,   a confié  Evariste Yameni  Directeur de la bourse,  ces entreprises doivent être  l’un de nos membres  ensuite le profilage, le benchmarking, renforcement des capacités.   Rappelons que les  contraintes liées au déploiement des affaires  des jeunes entreprises sont entre autres la fiscalité pour 58,8%, la corruption pour 50,6%, l’accès au crédit (37,6%), les formalités administratives pour 35,2%...

 Christian Happi

Christine Ndzana

« Nous pouvons accompagner aisément les PME/PMI au niveau local »

 

L’Attaché du représentant régional Afrique centrale du Fagace se prononce sur les différents moyens d’accompagnement que  son institution offre aux PME/PMI.

 

Quelle appréciation faites-vous de la toute première « journée de financement de la PME/PMI » ?

 

C’est une très belle initiative que la BSTP a entrepris de nous mettre en contact direct avec les porteurs de projets. Le Fagace est présent au Cameroun depuis 2007 et nous avons accompagné plusieurs entreprises qui sont encore activité. Aujourd’hui, cette opportunité qui nous est donnée  nous permet  de sensibiliser et surtout  de faire découvrir  aux porteurs de projets qu’ils ont des facilités à travailler avec  le Fagace.

 En quoi est ce que les facilités qu’offrent le Fagace  est différente de celles des autres  institutions financières ?

 

Nous sommes une institution publique  qui regroupe en son sein 14 Etats membres qui travaillent solidairement.  Avec notre capital social qui a été porté à 350 milliards de FCFA, et le haut potentiel d’intervention du Fagace nous pouvons accompagner aisément les PME/PMI au niveau local. Et, si la banque est sûre que notre institution a accepté un projet,  son risque est diminuer et elle ne va pas hésiter à sortir de l’argent.

 

Quelles sont les autres actions menées par votre institution pour permettre aux petites entreprises d’accéder plus facilement aux  crédits ?

 

En dehors  de tous les mécanismes que nous avons déjà mis en place, nous organisons rencontres avec les opérateurs économiques  à travers l’Etat, les ministères, les banques locales et puis les banques de développement. Nous essayons aussi de développer au quotidien  des  proximités afin que les PME puissent mieux   maitriser nos mécanismes de financement de leurs activités.

 Propos recueillis par C.H.

Retour à l'accueil