C’était à l’occasion de  l’édition 2014 de la « journée réseau »  permettant aux cadres  de l’entreprise de communier avec la clientèle.

TradexJPG-copie-1.JPG

Les clients des  stations-service Tradex de PK 10, Ndokoti et  Maképé « Rhône poulenc » ont été servis le jeudi 13 novembre 2014,  par  le personnel administratif et commercial de  l’entreprise.  Ce changement de cap, a été opéré dans le cadre de la  traditionnelle « journée  réseau »  de l’entreprise. Une journée qui donne l’opportunité  aux différents  cadres de  la société de  trading de se montrer solidaires vis-à-vis de leurs  collègues  pompistes. « Nous voulons  tout d’abord remercier  nos clients car  c’est grâce à eux que nous pouvons réaliser de bons résultats ; nous venons aussi recueillir leurs suggestions afin de nous améliorer », a expliqué Emmanuel Patrick Mvondo,  chef de département  juridique Tradex.

Pour cette édition 2014, les responsables de l’entreprise révèlent que de nombreuses innovations ont été apportées. Il s’agit entre autres de la tombola organisée pour permettre  aux clients de remporter des bouteilles de gaz, des crédits de communication et des  trad’card donnant accès à des crédits de consommation à la pompe. En journée donc, les employés qui ont  eu l’occasion de se prêter à l’exercice de pompiste, se sont rendu compte que ce métier demande  beaucoup de sacrifices et de  compréhensions. C’est du moins ce que confie  Eunice  Mbarga, agent Tradex. «  Ce que les pompistes vivent au quotidien n’est pas facile  à supporter ; ils doivent servir tout  le monde avec  une pression encore plus grande que dans nos bureaux »,  constate-t-elle.  Un avis que partage  Martin   Hand,  cadre au service  juridique de la société. «  Ce  n’est pas évident  de travailler sous le soleil, c’est pourquoi nous sommes venus montrer à nos collègues qui sont chaque jour sur le terrain que nous formons une seule famille », a-t-il déclaré.

 

Du côté des consommateurs, ils  étaient nombreux à apprécier cette  visite inhabituelle. «  Je salue cette initiative car nous savons tous qu’il y a des patrons qui préfèrent rester dans leurs bureaux climatisés et donner des ordres »,  commente Gérard, T,  consommateur. «  C’est une chose rare de voir les patrons d’une entreprise comme Tradex descendre sur le terrain pour toucher  du doigt les réalités du quotidien »,  a renchérit, Emile  Djom, conducteur de moto-taxi.   Créée en 1999,  Tradex S.A. a un capital  de 2 milliards de FCFA et compte  51 stations service au Cameroun.

Retour à l'accueil