Cette infrastructure permettra à l’entreprise d’accroître sa  productivité en hydrocarbures.

 

La Société  nationale de raffinage(Sonara) s’apprête  à installer  dans les tous prochains jours un sea line dans sa base de Limbe.  Celui-ci est une  canalisation immergée permettant le transvasement des produits pétroliers.   C’est la société anonyme internationale marine construction group (Geocean) qui a la lourde charge de faire ce travail. L’entreprise  française a été sélectionnée à l’issue d’un appel d’offres international, relatif  à l’installation d’un sea line à la Sonara à Limbe, a annoncé Abba Sadou, ministre  en charge des Marchés publics ce lundi 18 août 2014, dans les colonnes du quotidien Cameroon Tribune.  L’appel d’offres a été lancé le 06 janvier 2014.

Sur cet unique  lot,  Geocean S.A. était en compétition avec   FCC industriel. Elle n’a pas été retenue  à cause d’une « absence de caution », a expliqué le communiqué du ministre. L’enveloppe financière débloquée  par la société de raffinage pour la réalisation dudit projet  est estimée à plus de 14 milliards de FCFA, toute taxe compris (TTC). Le soumissionnaire dispose d’un délai de 12 mois pour réaliser les travaux.

Créée il y a plus de 40 ans par décret présidentiel,  la Sonara  est une  entreprise de droits camerounais. Elle a pour mission d’exploiter une raffinerie de pétrole brut pour satisfaire les besoins du marché camerounais en produits finis. Il s’agit entre autres, du butane, l’essence, le pétrole lampant, le jet fuel, le gazole, le distillat et le fuel oil. Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique du 11 août 2014,   les dettes  de la Sonara auprès de ses fournisseurs et des banques locales s'élèvent à 550 milliards de F CFA. « L'état lui doit près de 300 milliards de FCFA au titre de la compensation de la différence entre le coût de production du litre et le prix administré », révèle le magazine panafricain.  Il ajoute que  le gouvernement camerounais a réajusté le prix des carburants à la pompe, gelé depuis six ans, pour alléger la pression sur ses finances.

La Sonara compte deux groupes d’actionnaires, notamment  le Cameroun avec 82% des actions et  les sociétés pétrolières telles que Total Outre mer et  Elf Aquitaine.  Ces deux multinationales représentent 18 % des actions, souligne le site internet de la Sonara.

  

 

Christian Happi

Retour à l'accueil