Ils sont descendus dans la rue mercredi dernier pour contester le licenciement de l’un de leurs collègues et réclamer le départ du DG et DRH.

 

L’ensemble du personnel  de la  Société générale Cameroun (SG-Cameroun) est en grève. Ils  ont assiégé le mercredi 25 juin 2014 à Douala, l’immeuble siège  de la banque pour manifester leur mécontentement.  Et, «  La grève  ne concerne  pas seulement  les employés de la ville, mais toutes les agences  du Cameroun », confient  les contestataires.  Debout ou assis à même le sol, ces derniers  font le pied de grue devant la direction générale et  sont déterminés à avoir gain de cause. Plus d’une centaine, les travailleurs de la banque sont venus réclamer, la réintégration d’un de leurs collègues licencié « abusivement », il  y a près de deux semaines. Olivier Djaba, le licencié, a été mis à la porte pour « insuffisance professionnelle », apprend-on. Pourtant, d’après ses collègues « Olivier est le meilleur chargé clientèle  qu’on ait eu depuis trois ans », soutiennent-ils.

C’est d’ailleurs cette affaire, qui est à la base du courroux des employés de SG-Cameroun. Ceux-ci, en ont profité pour demander  le départ du Directeur général et du directeur des ressources humaines (DRH). Les grévistes reprochent à ces deux responsables de l’entreprise de faire « des avancements à tête chercheuse » et d’être une barrière pour leur épanouissement socioprofessionnel. «  Il s’est attaqué à nos allocutions  congés et  n’a rien apporté depuis son arrivée »,  juge  une employée. Elle, révèle en outre que  Jean-Philippe Guillaume le DG, veut supprimer les primes d’intéressement qui permet de partager  avec le personnel, les  1%  des résultats financiers de  l’entreprise. 

 

Plus grave,  la haute hiérarchie aurait rompu le dialogue social et serait restée sourde aux revendications des employés. Le préavis de grève des employés a été lancé depuis le 19 juin 2014, par les délégués du personnel de la Banque.

La direction générale de l’entreprise joint au téléphone, n’a pas souhaité s’exprimer sur la question. Néanmoins, LQE a appris que les porte-paroles du personnel, se sont rendus à la délégation régionale du ministère en charge du travail.  Mais, ces derniers n’ont pas été reçus, au motif de l’absence du délégué. Ils ont également saisi l’inspection du travail. Il y a environ deux mois, les employés de SG-Cameroun sont entrés en grève pour protester contre  la décision du DG qui voulait diminuer les primes des congés payés. L’inspection du travail avait tranché  à la faveur des employés.

 

Christian Happi

Retour à l'accueil