Elle a diminué en 2013, pour s'établir à 44 494 tonnes, contre 52 523 tonnes nettes en 2012.


La production de  la  Société Camerounaise de Verrerie(Socaver)  est dans le rouge. Elle a chuté en 2013, pour s'établir à 44 494 tonnes, contre 52 523 tonnes nettes en 2012, soit  un recul  de 8029 tonnes, indique  le rapport d’activité de la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun(SABC).  D’après ce document,  la filiale de la SABC a été confrontée au cours de l’année écoulée à de nombreux problèmes. Il s’agit notamment de  l’arrêt du four numéro 1, après 6 mois d’activité non prévue au budget.   Une situation qui, selon l’Assemblée générale mixte  tenue le 11 juin dernier à Douala, a plombé le chiffre d’affaires de  la Socaver.La-Socaver--a-eu-mal-a-sa-production-en-2013-jpg
 En effet, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires global de 19 872 millions FCFA, soit une diminution de  moins 4,25 % par rapport à l’année précédente.  Cette contre-performance s’explique par  la baisse des ventes au Cameroun, « alors qu’elles sont mieux valorisées que les ventes export », constate le conseil d’administration. 
Outre cette réduction des ventes,   la Socaver a également connu un faible rendement au niveau  des consommations de matières premières (MP) et matières consommables(MC).  Les ventes sont passées de 107 154F/tonne en 2012, à 104 808 F/tonne en 2013, soit une baisse de (-2,2%). Cette mauvaise performance est essentiellement due à la hausse du taux de consommation de groisil, partiellement compensée par l’augmentation du prix de la soude (+2,7%), explique l’entreprise, indiquant que les ventes sont passées à 47 512 tonnes, soit  un  volume de 2,3%.
 Créée  le 28 juin 1966, Socaver « est l’unique verrerie de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale »,  apprend-on sur le site internet des Brasseries SABC.  La Socaver est  spécialisée dans la fabrication du verre creux et dispose de deux fours qui produisent annuellement  15 000 tonnes de verre fondu pour l’un et 35 000 tonnes pour l’autre. De même, la ligne « décor » permet de décorer entre  3 000 et 6000 bouteilles par heure et dispose d’une station de sérigraphie des bouteilles pouvant aller jusqu’à quatre couleurs.
 
C.H.
Retour à l'accueil