Cette somme a été  collectée entre  février et octobre 2014.

 

Durant les  neuf derniers mois, la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP)  a  collecté  et reversé au trésor  public,  la somme de 83 milliards de FCFA.  Gaston  Essomba Eloundou, le directeur général de la  SCDP a fait cette  révélation le  vendredi 14 novembre 2014, au cours de la cérémonie  d’installation du  nouveau directeur général adjoint de l’entreprise.  Selon  le patron de la SCDP,  le  chiffre d’affaires  de  l’entreprise a connu  une augmentation de 44% pendant  la période de  2009 à 2013. Soit un cumul de bénéfices nets de  12, 69 milliards de FCFA. «  Ceci  s’est traduit par un pic en 2011 et 2013 où l’entreprise a fait  des résultats nets  respectifs de 3,9 milliards et 3,3 milliards de FCFA »,  a souligné Gaston  Essomba.La SCDP veut éviter la pénurie de carbura nt.

 En matière  d’investissements,  apprend-on,  le programme  d’augmentation  des capacités de stockage demeure une priorité.  La société a en effet construit  de 2010 à 2013 quatre réservoirs d’une capacité de 24 000 m3 pour les produits blancs, et deux réservoirs de 4 000 m3 pour la  défense contre incendie. En plus de ce projet, la SCDP s’est  également engagée  dans la construction d’un terminal à  hydrocarbures d’une capacité de 300 000m3 dans le complexe industrialo-portuaire de Kribi.

De même,  pour  cette année 2014,  les travaux de  constructions  de deux sphères de 2 000 m3 pour le  gaz domestique ont été  lancés.  Sa  livraison est prévue  courant 2015. L’objectif  est de  combler  le déficit  de capacité d’une  part  et de  rendre  effective la  présence  des dépôts  dans  chaque région  du  Cameroun. « Ce chantier permettra  d’augmenter  de plus de  60% les  capacités de stockage du dépôt primaire de  Bonabéri et pallier  de ce fait les multiples carences souvent observées en période de fin d’année »,  a précisé  le DG de la SCDP.

 De  fait,   les  capacités  de stockage de la SCDP n’ont pas évolué depuis sa création en 1979 tandis que   la  demande  journalière  nationale  des produits  pétroliers  augmente sans  cesse.  Et, cette  demande connait  depuis  trois ans un taux de croissance moyen de 8%. « D’où l’impératif  que nous  avons  de construire des dépôts dans les principales  régions du pays »,  ajoute le DG.  Cependant,  la SCDP va  continuer à faire  face à des difficultés dans sa stratégie d’approvisionnement du pays  en produits  pétroliers, si le dépôt de kribi ne voyait pas le jour dans « un avenir proche ».

Christian Happi

 

 

 

Retour à l'accueil