La CDE dit être victime des coupures de l’énergie électrique à  l’usine de production d’eau potable de Yato.

 

Voilà plusieurs semaines que l’eau potable ne coule plus des robinets à Douala. Et, l’approvisionnent tant à devenir un  véritable parcours de combattant au sein des foyers. Eaux des puits, des sources ou encore  des  forages, les populations, notamment ceux du quartier Madagascar usent de tous les moyens pour avoir le précieux sésame. Habitante du quartier Soboum,  Henriette  Wensi Kaba affirme faire la queue chaque matin pour avoir de quoi laver ses enfants  avant qu’ils aillent à l’école. «  Je  mets parfois près de 30 minutes avant de puiser mon eau ; tant pis pour toi si celui qui t’a précédé l’a salie », déclare-t-elle.eaupotablehappi

  Pareille pour Claudine Fansé qui confie qu’au quartier Espoir, nombre de personnes sont obligées de  faire des kilomètres pour avoir de l’eau potable. Et parfois  tard dans la nuit, « on se lève pour recueillir  quelques gouttes d’eau  qui jaillissent des robinets », témoigne  Charlène Ndongo, consommatrice.

Pour Jean-Alain, locataire d’un studio moderne, la pénurie d’eau potable l’a  amenée à abandonner certains travaux domestiques. «  Cela fait des semaines que je ne lave plus mon sol le matin.  L’eau ne me sert dorénavant qu’à  me laver et à boire », confie-t-il. Tout comme ce dernier, Victor  T. avoue que plusieurs de ses habits sont restés dans le récipient à cause du manque d’eau. Et  pour protester, « j’ai décidé de ne pas régler ma facture de ce mois ; Camwater peut venir  retirer son compteur », a-t-il déclaré.

Christian Yamgoué, vendeur à la sauvette,   dit que la pénurie de ces jours profite à certains propriétaires des puits qui n’hésitent pas à rançonner  les voisins du quartier. «  Ils ont demandé à tous ceux qui tirent l’eau dans leurs puits de cotiser 1 000 FCFA pour l’achat d’un seau neuf et le vidage du puits », a confié Christian Yamgoué.

 Du côté de la Camerounaise des eaux(CDE), on  affirme que ce   problème  est dû à  une perturbation  sur le réseau. En effet, selon un communiqué de presse publié sur le site internet de la CDE, « l’usine de production d’eau potable de Yato est en arrêt à cause d’un manque de fourniture en énergie électrique. En conséquence, la distribution de l’eau potable dans l’agglomération de Douala connait des perturbations et des coupures, notamment à Bonabéri, Deido, Bessengue, Akwa, Bonanjo, la Zone Portuaire, New-Bell, Bonapriso ».

Christian Happi

 

 

Retour à l'accueil