PHOT0317.JPG

Me Mekakouing

« Il faudrait que la sérénité et l’ordre reviennent dans la maison »

 

Nous attendons du nouveau bâtonnier qui restaure et restructure notre profession ; parce que depuis de nombreuses années, les problèmes sont récurrents et les solutions ne viennent pas. Il me souvient que le nouveau bâtonnier a été membre du conseil de l’ordre plusieurs fois et sous son ministère, il n’ya pas eu de changement particulier. Nous ne savons pas ce que nous pouvons attendre spécialement de lui. Il a promis des choses, on attend de le voir à l’œuvre. Nous allons plutôt nous mettre en veille et le saisir ou l’interpeler au cas par cas à chaque fois qu’il ya quelque chose qui nous perturbera. En ce qui concerne nos problèmes, tout le monde les connaît. Il ya entre autre l’organisation de l’ordre. Vous savez que dernièrement à Bamenda la question de la liste électorale s’est posée vous voyez donc à quel point nous sommes désorganisés. Il faudrait que la sérénité et l’ordre reviennent dans la maison et une certaine union entre les avocats. Si les avocats travaillent main dans la main, on pourra résoudre les problèmes. Le nouveau bâtonnier a sûrement un programme qui veut mettre en place et peut être que nos attentes ne sont pas dans son programme. Comme il a lui-même dit dans les journaux, il veut commencer par restaurer le barreau.

 

Me Gaston Bogne

 

PHOT0319.JPG"Nous souhaitons avant toute chose qu’il réconcilie les avocats avec eux-mêmes, qu’il soit disponible pour servir le barreau parce qu’on en a besoin".

 

Il doit bagarrer pour les intérêts des avocats, servir de contre poids à l’administration pour la relecture de nos textes organiques et également pour mettre sur pied beaucoup d’autres choses tel que le texte sur les émoluments dus aux avocats. Nous attendons également qu’il maîtrise le tableau de l’ordre des avocats pour que les entrées ne soient plus des entrées fracassantes au sujet desquelles on ne comprend souvent pas grand-chose. Nous voulons qu’il ramène la paix dans la maison. Nous voulons que le bâtonnier soit quelqu’un qui réagit promptement à toutes les grandes actualités de la république notamment les dossiers dits éperviers qui font beaucoup de bruits sur l’étendue du territoire, qu’il soit prêt à réagir à chaque fois qu’il ya un texte qui est introduit à l’Assemblée et qui viole la constitution. Nous ne voulons pas d’un bâtonnier qui va s’endormir ; qui va laisser tous les textes passés comme une lettre à la poste pour que deux ou trois ans après le gouvernement se retrouve entrain de le ramener à l’Assemblée parce que les normes constitutionnelles n’ont pas été respectées. Nous espérons qu’il sera à la hauteur de toutes ces attentes et on attend à le voir à l’œuvre.

 

PHOT0320.JPGMe Jules Binyom

« On le jugera principalement par rapport aux obligations qui sont les siennes ».

 

La mission d’un bâtonnier de l’ordre des avocats est contenue dans la loi organisant la profession d’avocats et le règlement intérieur dit ce qu’un bâtonnier doit faire pour que l’ordre des avocats vive. En plus de ce qui est contenu dans ces deux textes, il ya les engagements personnels d’un avocat qui postule aux suffrages de ses confrères et voudrait rester dans l’histoire comme quelqu’un qui a réalisé x ou y. Mais maintenant Francis Sama Asanga est élu et on ne peut que lui souhaiter bonne chance. On le jugera par rapport à ce qui est prévu dans les textes et par rapport à ce qu’il aura dit lui-même parce qu’il s’est lié par sa parole. Est-ce qu’il va faire construire le siège comme il a indiqué ? Nous le verrons dans deux ans. Nous les avocats, on le jugera principalement par rapport aux obligations qui sont les siennes. Est qui les a remplies ? Si c’est le cas contraire, il ira comme les autres. C’est à lui dont de triompher avec gloire.

 

PHOT0321.JPGGuy Olivier Moteng

« On a un problème de crédibilité auprès de l’opinion publique »

 

Nous attendons beaucoup du nouveau bâtonnier. Nous pensons que cet illustre confrère qui a été porté à la tête de notre corporation devra batailler dure pour que la confrérie soit d’abord visible c'est-à-dire que le petit peuple puisse avoir idée précise sur la profession des avocats. Et que nous soyons présents sur la scène médiatique à toutes les fois qu’un texte d’importance notamment le texte sur le tribunal criminel spécial. La voix du barreau doit être portée et connue. Les deuxièmes attentes sont liées très étroitement à notre profession. Les avocats ont besoin aujourd’hui d’avoir le monopole devant toutes les juridictions. Vous êtes sans ignorer que quand vous arrivez devant les tribunaux vous trouvez n’importe quel quidam qui se fait appeler avocat ; vous trouvez n’importe quel individu qui défend sans même savoir de quoi il est question. Il ya des magistrats, des huissiers, bref tout le monde pense être avocat. Le nouveau bâtonnier doit s’atteler pour que désormais les personnes qui défendent les individus soient des personnes aguerries et il n’ya pas mieux aguerri que les avocats. Sinon dans un cadre plus approprié, il aura bien connaissance de toutes nos attentes dont il n’ignore pas. Naturellement, nos problèmes sont sous jacents à ceux que je viens de vous énumérer. On a un problème de crédibilité auprès de l’opinion publique. Il est question de faire partir la mauvaise image qu’ont les avocats. C’est une profession noble ; n’y entre que les personnes outillées ayant reçu la compétence nécessaire. Nous voulons que les choses reviennent à l’état.

 

Retour à l'accueil