Une formation de l’Institut supérieur Dale  Kietsman (ISDK) sera organisée le mois prochain à Douala pour permettre aux entrepreneurs de  monter un plan d’affaires. 

 

Dale Kietzman academy (DKA), représenté  au Cameroun  par l’Institut supérieur Dale  Kietsman (ISDK) et détenteur de la  licence  Kauffman Fast-trac, compte  lancer,  dès le  mois  de novembre  2014,  Fast-trac en entrepreneuriat. Il s’agit d’un  ensemble  de programmes  destinés à aider « les personnes qui sont prêtes à se lancer dans les grandes innovations technologiques », a expliqué Dr Rose Ikellé,  enseignante à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) de Douala. Elle  s’exprimait  ainsi  à l’occasion de la réunion préparatoire au lancement des programmes Fast-trac en entrepreneuriat au Cameroun. Selon elle, les programmes Fast-trac répondent aux besoins des start-ups  et  leur fournissent les outils dont ils ont besoin pour réussir. Il  s’agit par exemple,  des connaissances pratiques à l'identification d'une idée de projet et à son évaluation, la définition d'une stratégie commerciale approprié au produits et ou service, rédaction d'un plan d'affaire bancable…

 

 

Conçus pour aider à développer des entreprises comportant des cadres essentiels, ces programmes vont  aussi permettre  aux  participants d’entrevoir les voies idoines de concrétisation et d’adaptation  de leur projet pour lui assurer une efficacité en contexte africain, notamment camerounais.  « New venture », le premier de la série qui va démarrer en novembre 2014, va  permettre apprenants de se  former sur des modules tels que  la  généralité sur entrepreneuriat, réalisation d'une bonne analyse financière d’un  projet, planification et élaboration un business plan rentable, gestion de la trésorerie et mobilisation des ressources financière, etc.

 

Il  y aura également au  programme, 10 semaines d’accompagnement dans la production du plan d’affaires et 1 jour de présentation dudit plan devant un jury pluridisciplinaire  constitué d’au moins 5 experts « Il  fournira  aux apprenants les outils pour développer leur concept d’entreprise, déterminer sa viabilité et les étapes critiques d’un lancement réussi de leur affaire », ajoute Rose Ikellé. La formation va  durer 12 semaines dont la première semaine en salle et coûte 550 000 FCFA par participant, lequel pourra repartir avec une certification internationale qui  donne l'habilité à la personne qui la détient de devenir conseiller en création d'entreprise.

Christian  Happi

Retour à l'accueil