C’est l’invention d’une association qui fait également dans la formation des métiers de l’art.

  

La  Société  Coopérative pour le Tourisme a été créée en 2004, dans le but de valoriser  le tourisme dans le département du Nyong et kellé, région du Centre. Mais, c’est avec la confection et  la commercialisation  des mallettes, colliers,  ceintures,  bracelets  et  babouches en bois qu’elle va véritablement se faire connaître.  Fabriquées à base des matières premières comme le bois rouge, l’ébène, le fil de pêche, ces chaussures   sont  aussi confortables que « celles qu’on vend dans les marchés du Cameroun »,  confie Nicolas Awoumou Seh, son promoteur.  Celui- ci,  indique que c’est grâce   aux caoutchoucs qu’il fabrique  la semelle     des  babouches. « Nous achetons  la matière première chez les exploitants forestiers puisque nous n’avons pas encore  l’autorisation  pour  couper les arbres dans la forêt », souligne le promoteur.Quelques babouches expos+®es sur les +®tals.

  En effet, la coopérative fabrique en moyenne 10 babouches par jour. Ce qui est très faible par rapport à nos ambitions, explique le président du conseil d’administration. A l’en croire,  les babouches fabriquées par son association sont vendues à  15 000 FCFA la paire.  Et s’agissant des mallettes, ceintures et bracelets, ils sont  respectivement cédés à  25 000,  12 000 et 2 500 FCFA la pièce.  Des  prix  qui seront bientôt revus à la baisse, car  l’entreprise souhaite faire une promotion  qui va s’étendre jusqu’en décembre 2014.

 Destinées à toute catégorie de personnes, les œuvres de  la  Société  coopérative ne se vendent pas comme prévue. D’après le promoteur, il y a des semaines qu’on ne parvient même pas à écouler  trois paires de babouches.  D’où  un chiffre d’affaires situé entre  40 000 et 50 000 FCFA le mois. «   Nous profitons des foires  et des expositions pour faire la promotion de nos produits et vendre quelques paires de chaussures », affirme Nicolas Awoumou Seh.   Le manque d’appui matériel et technique  sur le terrain  ainsi que l’absence de financement sont les problèmes qui minent les activités de l’association.Une mallette fait +á base d'+®b+¿ne.

 Créée il y a 10 ans, la  Société  Coopérative s’est également spécialisée dans l’éco-tourisme, la sculpture, l’aquaculture, etc.   L’exploration de certains   villages  situés  à proximité de Yaoundé lui ont  permis de découvrir plusieurs sites touristiques, notamment les  chutes, des îlots et des grottes  pouvant accueillir plus de 50 personnes. « Nous y avons construit des boukarous et aménagé des espaces florales pour attirer des touristes », nous apprend la structure,  située  à pont- So’o dans le département du Nyong et kellé. Son  conseil d’administration compte 10 membres.

  Christian Happi

 

 

Retour à l'accueil