Ces projets visent entre autres, à éviter la congestion portuaire causée par le séjour prolongé des marchandises.

Le Conseil national  des chargeurs du Cameroun(CNCC) veut construire deux magasins de stockage de marchandises, des bureaux, clôtures et guérites à Tiko et  Kribi.  L’annonce a été faite  dans un communiqué publié mardi dernier, dans les colonnes du quotidien Cameroon Tribune. A en croire Auguste Mbappe Penda, directeur général du CNCC,  les deux sociétés qui ont été retenues comme maitre d’œuvre sont entre autres, Le Competing-Bet et Endes. Elles ont été sélectionnées à l’issue de deux appels d’offres nationales restreintes lancés le 3 avril 2014, relatif à la maîtrise d’œuvre pour les travaux de construction d’un magasin de stockage de marchandise, d’une clôture et guérite à Kribi et Tiko pour le compte du CNCC.Le-magasin-de-stockage-du-CNCC--situe-a-la--zone-industri.jpg

Basés à Douala,  Le Competing-Bet et Endes vont respectivement superviser les travaux de  Tiko et  Kribi.  Le premier soumissionnaire dispose d’un montant de 20 millions de FCFA, TTC et le deuxième, de près de 21 millions de FCFA pour les travaux dont la durée est fixée à 6 mois. « Ce déploiement vise à permettre à notre structure de jouer pleinement  son rôle en assurant une assistance de proximité aux chargeurs et acteurs du commerce international du Cameroun », avait affirmé Auguste Mbappe Penda, lors de l’inauguration du tout premier magasin de stockage de marchandises de la CNCC, situé à la zone  industrielle de Bassa à Douala. C’était  le vendredi 7 mars 2014.

Outre ce magasin,  Le Quotidien de l’Economie avait appris ce jour, qu’une autre infrastructure de même type est en cours de réalisation au port de Douala, ainsi que l’aménagement d’une plateforme d’entreposage de 4 000 m2. Le CNCC a par ailleurs engagé la construction de plusieurs autres projets hors de la ville de Douala.  Notamment la réhabilitation de son magasin à Abang-Minko’o dans le Sud.

Signalons que la construction de ces différents magasins vise à  renforcer  la capacité de stockage des marchandises dans la ville de Douala, réduire les coûts des marchandises à l’exportation, promouvoir  le commerce extérieur du Cameroun. Mais aussi, mettre fin à l’utilisation des aires de fortune comme lieu de stockage et d’attente des marchandises, éviter la congestion portuaire causée par le séjour prolongé des marchandises dont les propriétaires sont à la quête d’espaces de stockage extérieurs…

 

Christian Happi

Retour à l'accueil