Sécurité routière

 

Sombre année pour le transport urbain

 

La série noire dans le transport terrestre commence le 05 janvier 2017  avec une violente collision entre un bus VIP d’une agence de voyages et un camion de transport sur l'axe lourd Douala Yaoundé.

 

 

2017 pourrait être l'une des années les plus noires pour le transport urbain et interurbain au Cameroun. L’accident de dimanche 20 août dernier, au lieu-dit "carrefour Agip" à Douala d’un camion transportant de la ferraille qui a fait quatre morts le prouve. Dans sa manœuvre,  racontent les témoins, une voiture en provenance du Camp Yabassi, s’est accrochée à la portière d'un taxi stationné sur le côté, à la recherche de clients. Le conducteur du camion aurait voulu esquiver un  mototaxi qui tentait un dépassement. Malheureusement. La série noire dans le transport terrestre commence le Jeudi 05 janvier 2017 : Ce jour, rapporte par la presse, sur l'axe lourd Douala Yaoundé, une violente collision entre un bus VIP d’une agence de voyages et un camion de transport de la marque  d’eau minérale « Supermont »  cause la mort d’une vingtaine de personnes. La succession de drames ne s'arrête pas là.

  Nous sommes toujours sur l’axe lourd Douala-Yaoundé, plus précisément dans la localité d’Ebombe, située entre Pouma et Edéa (Sanaga-Maritime). Un peu plus de quatre mois après un premier  accident  sur cette voie, une autre collision survient  le 16 avril entre une berline et un bus de transport.  Bilan : quatre morts selon des informations recueillies sur place.   La cause de ce énième désastre est, une berline grise de marque Mazda, immatriculée CE 634 HW, concassée par un choc avec le car de transport.   Elle s’était déportée complètement sur la gauche alors qu’elle allait dans le sens Douala-Yaoundé.

 Toujours au courant de mars, une collision entre un des Bus de Général Express et un pick-up, non loin du péage d’Edéa avait fait cinq morts. Tous des occupants de cette double cabine qui revenaient d’une mission dans la ville de Kribi. Quelques jours plus tard, c’est un gros porteur appartenant à une société de transport  entre en collision avec une autre voiture transportant des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR), précisément au lieu-dit Mbankomo sur la nationale numéro 3 (l’axe lourd Douala-Yaoundé). Le bilan faisait état de plusieurs blessés graves.

 La sombre série se poursuit  le 16 avril 2017. A date, quatre personnes trouvent la mort au lieu-dit Ebombé, situé à 25 km d’Edéa sur l’axe Douala-Yaoundé à cause d’une petite voiture de marque Toyota  entrée en collision avec un gros porteur VIP de l’agence de voyages United Express. «Dans ce choc  dont les causes sont encore non déterminées,  le lieutenant-colonel de gendarmerie Dieudonné Ndonfack perd son épouse et deux occupants de sa voiture. Lui-même est à l'hôpital régional d'Edéa sous soin intensif», confiait un témoin.

Vendredi 04 août, un gros porteur de 70 places appartenant à l’agence qui a pignon sur rue est fauché par un camion-plateau a Bafoussam. Rebelote  le 05 août dernier lorsqu’un bus en partance de Bafoussam  entre en collision avec un autre bus faisant plusieurs blessés graves selon l’information rapportée par des médias locaux. De même,  un camion fonce sur un gros porteur de au niveau de Maleke sur l'axe Douala Bafoussam. Mais plus de peur que mal puisqu’on n’a enregistré aucun blessé grave. Enfin, au moins 20 personnes ont été tuées dans un accident de la circulation survenu samedi 19 août  sur l’axe Buea – Muyuka, deux villes de la région du Sud-ouest. «Un bus de transport en commun qui avait à bord 18 personnes est entré en collision avec un camion de marchandises. Tous les passagers du bus sont morts y compris le chauffeur du camion et une personne dans le troisième véhicule» raconte un riverain.

 Christian Happi

 

Retour à l'accueil