Zone industrielle

 

Une nouvelle étape franchie dans l’industrialisation du Cameroun

 

 La Madzi a présenté le 20 juin 2017, l’étude de faisabilité  en vue de l’aménagement d’une zone industrielle aux populations de Meyos-yemvak, un village situé à 05 km de l’axe de Sangmelima.

 

Une nouvelle étape a été franchie pour la construction  d’une zone industrielle dans la commune de Meyomessala dans la région du Sud Cameroun. Les différents acteurs de ce projet,  qui sera construit  sur pas moins de 100 hectares de terrain pour un coût total estimé à 11,7 milliards de FCFA, ont échangé le 20 juin 2017 la salle des actes de l’hôtel de ville de la localité. C’était en présence du maire, du sous-préfet et du Directeur général de la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (Madzi), Georges Christol Manon. Après des études de faisabilité, par le cabinet d’experts, il a été question de présenter le rapport de synthèse, étape préalable à l’adoption finale  qui ouvre directement les portes à la création d’une zone d’activités à Meyomessala.

Située à Meyos-yemvak, un village situé à 05 km de l’axe de Sangmelima par Koum-Yetotam,  cette réalisation à venir, s’inscrit au cœur des missions de la société à capitaux publics qui sont, entre autres : la promotion du développement industriel et commercial du pays, la mise en place d’infrastructures d’accueil pour les entreprises, et ce dans chaque région.  D’ailleurs, selon les experts du cabinet conseil,  le choix du Sud vient du fait que cette région abrite d’importants projets miniers, à l’instar des projets de fer de Mbalam, de Kribi (Monts Mamelles) de Nkout, le projet de calcaire de Mintom… Dans cette localité, se trouve un gisement de calcaire de 540 millions de m3. Son exploitation provoquerait une baisse de l’ordre d’environ 50% sur le prix du sac de ciment produit localement d’après Joseph Victor Hell, le directeur de l’Institut de recherches géologiques et minières (IRGM).

Notons également que dans la commune de Meyomessala, existe depuis peu une Société communale de transformation du cacao de Meyomessala (SCTCM) dont le but  «la culture du cacao, la production de semences de cacao, la transformation du cacao, et la commercialisation du cacao et ses dérivés». On y compte en outre, la Société communale d’exploitation minière (SOCEM) qui exploite deux gisements d’or et de diamants découverts sur le territoire de la commune.

Aussi, la nouvelle zone d’activités dans la région du Sud en fera une destination prisée pour les industriels, les investisseurs et même les particuliers.  Par conséquent, « un accent sera mis dans l’amélioration du cadre de la vie de l’habitat, l’amélioration des conditions  économiques et l’amélioration de l’intégration sociale urbaine », précise Georges Christol Manon, dans un communiqué publié 28 juillet 2017 dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune. A terme, ce projet fera de Meyomessala, une ville rayonnante et durable, grâce à ses potentialités économiques, sa position géographique, et  ses équipements présents.

En s’installant à Meyomessalla, la Madzi portera à huit le nombre de régions où elle est présente. Elle opère déjà dans les grandes villes du Cameroun et compte, aménager de 174 hectares de terrains dans les zones industrielles de Yaoundé (20 hectares), Bonabéri-Douala (40 hectares), Ombé dans la région du Sud-Ouest (56,6 hectares) et Ngaoundéré (57,5 hectares).

Retour à l'accueil