Urbanisation

 

Yaoundé sera plus peuplée que Douala en 2030

 

Selon des projections, la capitale politique du Cameroun   devrait atteindre 3,2 millions d’habitants contre 3,1 millions  pour le chef-lieu de la région du Littoral.

 

Yaoundé  devrait ravir le litre de ville la plus peuplée  du Cameroun à Douala d’ici trois ans, a-t-on appris  mardi 04 juillet 2017  à Douala  lors de l’atelier de validation de l’étude de cas sur l’intégration de l’urbanisation dans le plan national de développement du Cameroun.  La rencontre était organisée à l’initiative de la Commission économique des nations unies pour l’Afrique (CEA) sous le thème : « Renforcer la capacité des États membres afin de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies et politiques en faveur de villes inclusives et durables en Afrique ».

Selon des projections d’Arsène Honore Gideon Nkama, Senior Lecturer of Economics,  en 2020 la capitale politique du Cameroun  comptera 3,2 millions d’habitants et Douala 3,1 millions.  Mieux, d’ici 2030,    la population de Yaoundé va se chiffrer à 4, 4 millions, contre 4,2 millions pour le chef-lieu de la région du Littoral. Et pourtant, il y a sept ans,  Douala était encore plus habitée que Yaoundé avec  2,2 millions d’habitants contre 2,1 millions pour Yaoundé. Les estimations soulignent que la population urbaine représentera 57% en 2035 avec Douala et Yaoundé représentent 52% de la population urbaine totale soit plus de dix millions Habitants. « Entre 2010 et 2020, Yaoundé dépassera Douala pour devenir la plus grande ville du Cameroun. Kousseri et Dschang entreront dans le club du top dix en 2020 alors que Kumba et Buea se retireront. Nkongsamba accélérerait sa croissance pour devenir la 5ème ville importante en termes de population », commente un expert.

Si l’on croit   les analyses du CEA, cet inversement de tendance s'explique principalement par les opportunités économiques que certaines villes offrent par rapport aux autres. Même si, le grand Nord et les villes du Nord sont affectés par des populations déplacées à cause du groupe terroriste de Boko Haram. Dans ces régions, certaines villes ont été vidées de leurs populations où d'autres ont vécu une augmentation très rapide de la population.

 Pour le reste, la population humaine va augmenter à une vitesse incroyable un peu partout au Cameroun dans trois ans. Nkongsamba devrait  compter 226446 habitants et 297787 en 2030, ce qui constitueras une montée spectaculaire puisque  l’ancienne « capitale du café »  comptait  107086 en 2010. Hormis de l’arrivée du chef-lieu du Moungo dans la région du Littoral, le haut du classement ne devrait pas subir de changement dans les prochaines années, estiment par ailleurs les experts américains. La ville de Bamenda sera peuplée par 437200 personnes contre 314729 en 2010 soit une hausse de 122471 âmes. Cette démographie passerait même à 579545 à l’horizon 2030, apprend-on.  Bafoussam  et Maroua  devraient conserver leur place respective.   Alors que la ville du nord-ouest camerounais va passer de 274849 d'habitants en 2010 à 370804 en 2020 ;  le  chef-lieu de la région de l'Extrême-Nord va tabler sur 246815 d’ici trois ans et 288000 en 2030. En revanche, des villes telles que Ngaoundere devraient tomber dans le classement. Ainsi, la ville érigée en Communauté urbaine en 2008 qui occupait la 7è place en 2010 devrait perdre un rang en 2020  avec respectivement 216700 habitants.

Le principal objectif de l’atelier de validation était de consolider les documents de preuve, analyser et  faire des recommandations de l’étude sur le cas du Cameroun.  Il était aussi question de présenter les principaux résultats de l’étude de cas aux hauts fonctionnaires des ministères et organismes concernés; recueillir les observations des participants et répondre à leurs préoccupations et questions éventuelles ; adopter l’étude de cas comme référence pour le rapport final et l’élaboration de la méthodologie.

 Christian Happi

Retour à l'accueil