Impôts

 

 447,6 milliards de recettes fiscales collectées au premier trimestre 2017

 

 Cette collecte constitue une contreperformance c'est pourquoi le Minfi recommande la mise en œuvre des contrôles conjoints DGI-DGD pour inverser cette tendance durant le reste de l’année.

 

Le recouvrement des recettes fiscales au premier trimestre de cette année  est  en baisse par rapport aux prévisions fixées dans la loi de finances 2017. En effet, le fisc a perçu à 447,6 milliards de FCFA de recettes fiscales entre janvier et mars 2017 contre 468,9 milliards de FCFA au premier trimestre 2016. Soit une baisse de 21,3 milliards de FCFA (-4,5%). Les recettes  sont  mêmes en retrait de 41,6 milliards soit un taux de réalisation de 91,5% par rapport aux 489,2 milliards de FCFA attendus au cours du premier trimestre 2017.

D’après le ministre des Finances (Minfi), qui a publié l’exécution budgétaire du Cameroun à fin mars 2017, cette contre performance s’observe essentiellement au niveau de l’impôt sur les sociétés (IS) non pétrolières et sur l'Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) qui diminuent  de 27 milliards et 24,5 milliards respectivement. « La sous réalisation observée au niveau de l’IS non pétrole s’explique principalement par la baisse des soldes d’IS d’environ 28 milliards. Par contre, la TVA et la TSPP (Taxe spéciale sur les produits pétroliers), augmentent respectivement de 12,8 milliards et 2,3 milliards », analyse le Minfi.

La Direction générale des Impôts du Minfi (DGI) ne compte pas rester les bras croisés. Bien au contraire, une stratégie de rattrapage a été mise en place pour inverser cette tendance durant le reste de l’année et permettre la réalisation de l’objectif annuel en matière d’impôts et taxes. Elle consiste à renforcer l’activité  d’apurement des arriérés au 31 décembre 2016 ; mettre en œuvre les contrôles conjoints DGI-DGD ; exploiter  les résultats des enquêtes  menées  au cours  de l’exercice 2016 pour améliorer  les résultats du contrôle fiscal. Notamment au niveau des grandes entreprises ; améliorer  les versements spontanés dans  les Centres des impôts de moyennes entreprises(CIME) et optimiser  la mobilisation des impôts et taxes payés par le budget de L’État.

 

Le recouvrement des recettes fiscales n’est pas le seul à connaitre une sous performance au premier trimestre de cette année. A fin mars, les recettes non fiscales baissent  de 14,6 milliards (-36,4%) et s’établissent à 25,5 milliards.  Ce qui constitue un retrait de 4,5 milliards, soit un taux de réalisation de 85% par rapport aux 30 milliards de prévision trimestrielle, nous apprend le rapport du Minfi.

 

 Pour ce qui est de la dette publique,  elle s’élève au premier trimestre 2017 à 77,2 milliards de FCFA contre 261,4 milliards à la même période en 2016, soit une diminution de 168,7 milliards (-83,3%) en glissement annuel. Par rapport aux 100 milliards prévus,  commente Alamine Ousmane Mey, le service de la dette publique est en retrait de 32,8 milliards, soit  un taux d’exécution de 70,2% essentiellement imputable à la dette intérieure. De même, le service effectif de la dette extérieure se chiffre à 44,9 milliards  à fin mars 2017 contre 63,4 milliards à fin mars 2016 soit une réduction de 18,5 milliards (-29,2%). Son taux de réalisation est pratiquement de 100% et il n’y a pas accumulation d’arriérés sur la dette extérieure. Concernant les paiements au titre de la dette intérieure, ils régressent de 165,7 milliards de FCFA (-83,7%), passant de 198 milliards de FCFA à fin mars 2016 à 32,3 milliards au cours du premier trimestre 2017. Ceci du fait du paiement exceptionnel par l’Etat d’un montant de 150 milliards de FCFA en janvier 2016, au titre du crédit relais envers la société nationales de raffinage (Sonara).

Retour à l'accueil