Boisson

 

Les Camerounais consomment 650 millions litres de bière en 2016

 

C’est  un repli de 0,6% par rapport à 2015 puisque cette année, les fidèles de Bacchus avaient ingurgité 660 millions de litres.

 

 

Les Camerounais ont consommé moins de bière en 2016. Selon les chiffres rendus publics par  la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), les ventes globales de bière au Cameroun en 2016 sont estimées à environ 6 500 000 hl, soit 650 millions de litres importations comprises. C’est  une régression de 0,6% par rapport à 2015 lorsque  les fidèles de Bacchus avaient ingurgité 660 millions de litres. Alors que les ventes s’effritent, trois entreprises se partagent aujourd’hui plus de la moitié du marché local : Le groupe SABC avec 74% des parts de marché contre 78,0% en 2015 ;  Guinness Cameroon SA (15%) ; Union camerounaise de brasseries(UCB) avec 10 % et 1% pour les autres.

 

A la SABC, les ventes de bières à fin décembre 2016, hors gratuits et hors export, s’élèvent à 4.840.200 hl, soit 484, 02 millions de litres contre 5 104 301 hl (510,43 millions de litres) en 2015. Ce qui fait une  baisse  de 5,2%. Cependant, la tendance pourrait s’inverser cette année puisque  le budget de ventes prévoit des ventes à hauteur de 517,3 millions de litres, soit une croissance de 6,9% par rapport à l’année 2016. La mise en place de  droits d’accises différenciées  sur  les nouvelles  bières  locales  (lancement de  la  marque  «Manyan»)  devraient permettre à SABC d’atteindre cet objectif.

 

Le mauvais résultat des Brasseries s’explique par l’hyperactivité des concurrents au niveau des promotions capsules ainsi  que  par  la  non récurrence des achats spéculatifs qui avaient eu lieu un peu avant la hausse des  prix  en  février  2015  et  par les massives importations illégales en provenance du Nigeria et de Guinée Equatoriale. « Cette baisse a été atténuée par les effets positifs de la promotion et par les campagnes promotionnelles organisées pour soutenir les  ventes;  ces  campagnes  commerciales  se  sont  faites au  détriment  de  notre  cash-flow  et  des  investissements productifs », affirme  l’entreprise brassicole.

Sur l’ensemble de l’année écoulée,  les ventes  des Brasseries du Cameroun hors de nos frontières affichent aussi un recul. Selon les chiffres publiés, elles ont atteint 48.831 hl de bières. Soit une reculade de 16,6% par  rapport à l’an dernier en raison d’une économie régionale sinistrée par l’effondrement des cours du pétrole.

 A l’inverse  des Brasseries du Cameroun, Guinness Cameroun S.A. a réalisé en 2016 une progression de l’ordre de 8%, avec des volumes estimés à 1 020 000 hl (102 millions de litres, contre 94,3 millions de litres en 2015) et environ 15% de part de marché. Un résultat que la filiale camerounaise du groupe Castel justifie par des  promotions  capsules de  manière  ciblée  en fonction  des formats et des régions ; une baisse de prix de Harp et de Smooth de 650 à 600 FCFA ; une nouvelle campagne TV, d’affichage et radio sur le thème Made of Black ; le sponsoring de grands événements sportifs comme l’Ascension du Mont Cameroun et les  Championnats européens de football, etc.

 

A l’image de la filiale du géant mondial des boissons alcoolisées Diageo, UCB a également réalisé une progression de l’ordre de 31% en 2016 avec un volume  estimé de 620 000 hl, soit 62 millions de litres  contre  470 000 hl (47 millions de litres)  en  2015. Cette belle performance est à mettre à l’actif de l’’introduction sur le marché du format 33 cl pour la Kadji Beer et surtout, le lancement d’une nouvelle bière 50 cl la «K44» à 500 FCFA.

 

 Christian Happi

consommation

 

Les ventes des boissons gazeuses s’effritent

 

En 2016, le marché  global est  estimé  à  374, 2 millions de litres contre 400 millions de litres en 2015, soit  une  baisse  de  4,6%.

 

 

La consommation des boissons gazeuses ralentit sur l'ensemble du territoire.  En 2016, le marché  global est  estimé  à  3 742 022  hl (374, 2 millions de litres) contre 400 millions de litre en 2015, soit  une  baisse  de  4,6%  constate la Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC) dans son rapport  d’activité  rendu public. Comme pour la bière,  le marché des boissons gazeuses est dominé par  les Brasseries du Cameroun qui, a vendu 2 660 271 hl (266,02 millions de litres) hors gratuits et hors export. Ce  qui correspond à une progression  de  12, 4%    par rapport à 2015, apprend-on. Ce résultat est principalement « dû à l’alignement du prix du litre sur celui de notre principal concurrent. Le déclin du format verre s’est poursuivi (-17,5%). Nous avons lancé la Malta Tonic pour progresser sur le segment des Malta détenu aujourd’hui exclusivement par Guinness », explique la SABC dans son rapport.

 Si les ventes ont augmenté sur le plan national,  les exportations ont plutôt baissé avec seulement 8 793 hl (879 300 litres) vendus l’an dernier. Soit une régression de 44,1% par rapport à l’année 2015. II faut dire que la  « faute de capacité suffisante en PET, nous avons donné priorité à nos ventes nationales », étale-t-on.

En régression d’environ 44%, les ventes de Source du Pays ont aussi diminué l’année dernière. Elles enregistrent un  volume d’environ 785 000 hl (78, 5 millions de litres), contre 1 418 000 hl  (141,8 millions de litres) en 2015. Cette contre-performance est, si l’on s’en tient aux explications de la SABC, due à la forte progression des ventes du format 1 litre de SABC après l’alignement sur le prix de ce concurrent.

 

 Par comparaison avec son volume de 2015,  les  ventes de Guinness Cameroun S.A. ont  progressé de l’ordre de 62%. Elles s’établissent  à 160 000 hl, soit 16 millions de litres avec une part de  marché d’environ 4,3%. A l’origine de cette croissance, la baisse de prix consentie sur Malta Guinness  qui  est  passée  de  500  à  350  FCFA. L’Union camerounaise de brasseries(UCB) a pour sa part, réalisé environ 60 000 hl (soit 6 millions de litres, contre 4,1 millions de litre en 2015) et une progression de l’ordre de 46%, due essentiellement aux promotions capsules et à la relance de ses PET. Malgré son activisme dans le domaine de la communication et son positionnement tarifaire très agressif, Nana Bouba Company (Nabco), n’a semble-t-il pas réalisé de ventes significatives avec un volume de l’ordre de 37 000 hl  (3,7 millions de litres) environ 1% de part de marché.

 

C.H.

 

"Supermont" désormais leader sur le marché  local des eaux

 

 La  marque  "Supermont" de Source du Pays(SP), filiale camerounaise du groupe  libanais EI Sahely (ABN) est devenue leader sur le marché des eaux, devançant ainsi Tangui fabriquée par la Société des eaux minérales du Cameroun (SEMC) qui appartient au groupe SABC. Supermont représente environ 52% de parts de marché contre 36% pour les Brasseries du Cameroun. Trois facteurs seraient à l'origine de cette situation selon l’analyse de SABC :  Le rachat  par SP de la marque O'Pur qui  représente environ 6% de part de marché ; dispose d’une usine dont la capacité  de  production  actuelle  est  de  15.000  bouteilles  /h ;  et  qui  a  développé  un  capital  sympathie  auprès  des consommateurs en étant l’un des sponsors officiels de la Fecafoot.

En effet, le marché global de l’eau embouteillée en 2016 est estimé à plus de 2 200 000 hl soit 220 millions de litres. Ce qui fait une forte croissance de  32.6 % par rapport à 2015, révèle les chiffres que vient de rendre publics le groupe SABC. Dans les détails, la marque Tangui a réalisé un volume de 380.567 hl, en baisse de 34,7% par rapport à l’exercice antérieur. Cette baisse est due à la fois à la guerre des prix qui a mené la plupart des concurrents de SEMC sous le prix de 1 500 FCFA pour le pack de 6 bouteilles de 1,5 litre ; d’une politique tarifaire désordonnée…  Tout aussi en régression, « Aquabelle » a réalisé un volume de 102 999 hl (10, 2 millions de litres) en baisse de 20,6 % par rapport à 2015. Ce mauvais résultat est  à mettre au compte de  la suspension  des  livraisons  Export  au  client  ECOLOG  au  profit  de  Tangui  pour  des  contraintes  essentiellement techniques et logistiques. Quant au concurrent Sano,  son volume affiche plutôt une forte progression, de l’ordre de 22% en 2016 par rapport à 2015. Ceci, apprend-on, grâce  à sa stratégie de prix réduit (A l’exemple du pack  de 6 bouteilles à 1 500 FCFA+ 1 bouteille gratuite) de mars à décembre 2016.

Retour à l'accueil