Fourniture d’eau potable

 

44% des usagers se plaignent de leur qualité

 

Ce taux est en baisse par rapport à 2007 où  63%  des Camerounais étaient déçus par la société nationale en charge d'alimenter les familles en eau potable.

 

 Ces dernières années, le gouvernement camerounais a entrepris plusieurs projets pour le renforcement des réseaux d'alimentation en eau potable en milieu urbain et périurbain. Problème, ils sont plusieurs milliers de Camerounais qui souffrent encore d'un manque criant d'eau potable. Soit 44% des utilisateurs des services de la société  nationale  des  eaux  (SNEC/Camwater/CDE) qui se plaignent de leur qualité contre  63%  en  2007  nous apprend les derniers résultats issus de la quatrième Enquête camerounaise auprès des ménages (ECAM 4). Par ailleurs, relève l’étude menée par l’Institut nationale de la statistique (INS) entre 2007 et  2014,  48%  (contre  58%  en 2007) de ménages utilisateurs d’eau courante ont déclaré avoir subi des ruptures d’approvisionnement au cours des 30 jours précédant l’enquête.

 

Les raisons d’insatisfaction des ménages sont principalement la mauvaise qualité de l’eau  fournie    et  les  coupures  régulières.  Ces appréciations restent sensiblement les mêmes quel que soit le niveau de vie du ménage, en milieu urbain, à Douala, à Yaoundé, au Centre, à l’Est, à l’Ouest et au Sud. Cependant, elles  varient  en  milieu  rural  et  dans  les  autres  régions  du  pays.

Même si par rapport à 2007, sa  fourniture par AES-Sonel et à présent Eneo  semble  avoir  connu  une  certaine  amélioration, la qualité de la fourniture d’électricité semble ne pas satisfaire  tous les foyers camerounais. 59%  usagers   s’en plaignent contre  81%  en 2007  à cause des délestages fréquents (près de 7 ménages sur 10) et la faible tension (plus d’un ménage sur 10). « Cette hiérarchie des raisons d’insatisfaction est respectée quels que soient le milieu et la région de résidence, et quel que soit le niveau de vie du ménage », notent  les enquêteurs de l’INS.

 Dans l’ensemble, plus de la moitié des ménages (53%) déclarent n’être pas satisfaits des  résultats  atteints  dans  le  cadre de la politique de désengagement de l’Etat et de privatisation des entreprises publiques. Cette proportion est de 60% pour l’électricité, 54% pour l’eau, 41% en ce qui concerne Camtel et 39% s’agissant de Camrail. Cette insatisfaction  pourrait selon  ECAM 4, être  mise  en  parallèle  avec  les  accroissements  de  tarif  faisant suite   à   la   privatisation   de   certaines   de   ces   entreprises,   notamment   Sonel/AES.

C.H.

 

Retour à l'accueil