Produits pétroliers

 

Afrigaz investit  deux milliards dans la distribution du gaz domestique

 

 Cette substantielle enveloppe financière est ventilée sur plusieurs volets, à savoir  l’achat du matériel de stockage en cours d’importation pour 450 millions, matériel de transport à 200 millions pour le transport du produit en vrac, etc.

 

Afrigaz implantée dans la zone industrielle n°2 de Douala Bonabéri a mis en place un programme d'investissement pour l'exercice 2017 d'un montant financier de deux milliards de FCFA. Cette substantielle enveloppe financière sera consacrée sur plusieurs projets, à savoir  l’achat du matériel de stockage en cours d’importation pour pas moins de 450 millions, matériel de transport  destiné pour le transport du produit en vrac d’à peu près 200 millions. Cet argent va aussi permettre à la filiale de Active zones of America-(Aza Llc) d’acquérir du matériel de maintenance pour près de 300 millions de FCFA. « Nous avons  prévu  d’injecter dans les bouteilles de gaz environ 1 milliard de FCFA ; on ne peut pas  faire moins que ça sinon, on serait entrain de ralentir notre marché », a expliqué  le PDG François Xavier Tembiwa, ajoutant que son groupe envisage de mettre sur pied un centre de formation pour les conducteurs des engins lourds... Le site choisi est à quelques kilomètres de la ville d’Edéa, apprend-on. Pour le patron d’Aza group, l’objectif de  ces importants investissements vise à prendre  la tête de la distribution du gaz cette année. Tant  sur le plan stratégique,  que sur la plan leadership et pratique.

Afrigaz est arrivée sur le marché  camerounais en 2004 et commence à distribuer  du gaz domestique un an plus tard. La commercialisation du gaz domestique en bouteille n’est qu’un aspect de ses activités.  La société fait des études de faisabilité sur les systèmes  des gaz, des installations pour les entreprises… Globalement, « nous faisons beaucoup de choses que les autres n’imaginent même pas  comme dimensionner un système de mis en consommation du gaz. Toute cette diversité nous ont permis de mieux maitriser le secteur d’activité plus que quiconque. Et par rapport à ça, nous avons une croissance entretenue au-delà de 25%  chaque année », vante  François Xavier Tembiwa. Celui-ci pense qu’après Camgaz qui était un démembrement de Total à l’époque, Afrigaz est véritablement la seule compagnie camerounaise qui est venue au Cameroun pour faire juste du gaz domestique. SCTM était créée pour faire des travaux métallurgiques.

L’entreprise tient son leadership dans sa façon d’entretenir ses clients et surtout sa stratégie mise en place pour  accroitre ses parts de marché. Afrigaz est  le seul marketer  à posséder localement une usine de fabrication des bouteilles de gaz construite sur  à environ 1800 m2 et une unité de traitement desdites bouteilles  contrairement aux concurrents…

 

AZA Group est l’un des principaux opérateurs intégrés sur les marchés énergétique et gazier au Cameroun et en Afrique Centrale. Présent dans toutes les régions du pays à travers un nombre important d’agences, et de centres emplisseurs, tout en bénéficiant d’un réseau de distribution assez performant, le groupe se vante aujourd’hui de pouvoir continuer à faire un pari sur l’avenir, en investissant sur de nombreux projets à forte valeur ajoutée.

C.H.

Performance

 La filiale d’Aza group  revendique 19, 8 milliards de chiffre d’affaires

 

Afrigaz, filiale d’Aza Group, reste l’un des leaders  dans la distribution du gaz domestique au Cameroun.  Elle a fini l’exercice 2016 avec à  un chiffre d’affaires de 19, 8 milliards de FCFA et peu près 18% de part de marché. Tout juste derrière la Société camerounaise de transformation métallique (SCTM) qui  revendique 19% de part de marché et devant total qui est  plus ou moins à 16%. Tradex doit être dans à peu près 13% de part de marché et tous les autres  marketers (MRS, Oilibya…) se partagent le reste, dévoile François Xavier Tembiwa, PDG d’Afrigaz en s’appuyant sur le rapport du comité ad hoc du GPL (gaz de pétrole liquéfié). « Nous mettons sur le ménage depuis 14 ans aujourd’hui, une bouteille de gaz pleine, en bonne état. Nous cumulons 14 années d’expérience sans accidents dans les ménages. Nous avons une technologie spécifique qui empêche de transvaser donc les gars qui jonglent avec les bouteilles de gaz ont beaucoup de difficultés à traiter avec nos bouteilles », explique-t-il.

Retour à l'accueil