Démantèlement tarifaire

 

Les produits du 1er groupe passent à 50% dès janvier 2017

 

 Ce nouveau taux entre en vigueur  dans les prochains jours à l’occasion du lancement de la phase 2 du démantèlement tarifaire dans le cadre de la mise en œuvre des APE entré en vigueur le 04 août 2016.

 

Dans quelques jours,  le Cameroun  va procéder au lancement de la phase 2 du démantèlement tarifaire des produits  du premier groupe dans le cadre de la mise en œuvre de l'Accord de partenariat économique (APE) entré en vigueur le 04 août 2016.  Le taux de réduction applicable devant passé 25% à 50%, a révélé Robert Tita, Chef de secteur des Douanes Littoral 2. Il représentait le mardi 08 novembre 2016, Edwin Fongod Nuvaga le Directeur général des douanes  à la cérémonie de clôture  du séminaire de formation  de 110 personnels des unités techniques de collecte et de contrôle des secteurs des douanes du Littoral I et II sur le thème : «  l’accord d’étape Cameroun- Union européenne (UE) et ses implications douanière ».   La rencontre s’est tenue du 02 au 08 novembre 2016 dans les locaux de l’ancienne direction générale des douanes à Douala.

Quoi qu'il advienne, la seconde phase du démantèlement tarifaire interviendra le 1er janvier 2017 et se traduira par un certain nombre de défis nouveaux dans le domaine de la maîtrise des objectifs de recettes. Il s’agira en l’espèce de contenir les sources de déperditions éventuelles consécutives à la survenance des pratiques de fraude toujours possibles.   Aussi que, la mise en œuvre  de l’APE Cameroun/ UE devra  être considérée comme un atout supplémentaire. Son  application conforme et intégrale dégagera  en vérité, les hommes et les énergies supplémentaires pouvant  être réorientés vers les dispositifs  de contrôle et de régulation des flux d’échanges les plus exposés à l’insécurité.

 

Le bilan de cette session  de formation est la somme des efforts consentis par l’équipe de coordination, dirigée par Thomas Awono Mbede sous-directeur des affaires générales.  D’ailleurs au cours des travaux, les échanges nourris avec les participants ont davantage éclairés sur ces différents aspects qui sous-tendent désormais l’environnement douanier. L'on a par exemple appris que  pour l’application des APE Cameroun/UE, la vérification  douanière est le lieu et l’étape par « excellence » du contrôle de l’origine des marchandises.  Et seuls les inspecteurs de visite, chacun en ce qui le concerne qui l’animent.  S’agissant des autres informations (espèces, valeurs…) reprise dans les certificats, elles  comportent selon les formateurs, le même niveau de crédibilité que celles relatives à l’origine elle-même.

 

Pour l’application de l’APE, les contrôles après enlèvement s’étendent exclusivement comme la mise en œuvre des mécanismes de coopération explicités dans le décret 2016/2017. «  Notre séjour aura été des plus agréable dans cette enceinte et notre  travail n’a pas connu une véritable interruption pendant ces jours de formation », a réagi  Ferdinand Kerbai, inspecteur des douanes.

 

D’une manière générale, pendant cinq jours,  il était question  pour les participants de comprendre  les enjeux et les implications douanières de l’APE Cameroun/UE. Plus spécifiquement, et au travers plusieurs modules,  ce séminaire  de formation visait à partager la connaissance générique sur l’accord ainsi qu’à assurer la bonne compréhension des règles d’origine et des modalités de coopération. «  Je retiens de cette session qu’elle aura été une occasion de partage, un concours de civilités, un rendez-vous idéal du donner et du recevoir riche en enseignements et en messages de toutes sortes, dans la perspective de la mise en œuvre progressivement satisfaisante de l’accord, objet de nos  préoccupations présentes », a apprécié  Robert Tita.

Christian Happi

 

Retour à l'accueil