Lutter contre les migrations irrégulières

 

L’AFD soutient le Cameroun à hauteur de 6,55 milliards de FCFA

 

Le pays à travers le PNDP   bénéficiera de cet argent pour améliorer  les conditions de vie des populations rurales des 329 communes rurales par le développement de l’offre en services socio-économiques de base.

 

L’Agence française de développement(AFD) a récemment signé avec l’Union européenne(UE) cinq conventions de financement d’un montant total de 75 M€,  soit environ 49, 19 milliards de FCFA pour  soutenir des actions d’urgence destinées à lutter contre les migrations irrégulières et ses causes profondes au Sahel.  Une partie de cet argent  financera en priorité, la stabilité et la sécurité des pays soutenus, avec un accent sur le renforcement des capacités de résilience des populations face aux crises. Ainsi,  le Cameroun à travers le Programme national de développement participatif au Cameroun(PNDP)  bénéficiera de 10 M€ (environ6, 55 milliards de FCFA) soit  3,9 milliards de FCFA (6 M€)  entièrement financés par Fonds fiduciaire d'urgence de l’UE pour améliorer  des « opportunités et les conditions de vie des populations rurales des 329 communes rurales du Cameroun par le développement de l’offre en services socio-économiques de base », écrit l’AFD sur son site web.

En effet,  constate l’AFD, les régions historiquement marginalisées du Septentrion  camerounais, et en particulier de l’Extrême Nord, sont profondément affectées par la crise liée aux attaques de Boko Haram. Les jeunes de ces territoires qui connaissent des taux de natalité élevés ont vu leurs principales activités économiques (commerce transfrontalier, mototaxis, activités liées au tourisme, élevage/agriculture, etc.) brutalement interrompues par l’insécurité. Faute de perspectives d’insertion économique et sociale, ils optent de plus en plus pour la migration (vers les grandes villes du pays, la sous-région ou l’Europe) ou des activités criminelles (coupeurs de route, kidnapping, combat dans les rangs de Boko Haram).

Le Mali est l’autre pays concerné par  les fonds de l’UE délégués à l’AFD. Il profitera de 13 M€ pour la réalisation d’infrastructures locales destinées à répondre aux besoins les plus urgents exprimés par les populations des régions du Nord.  « Le projet contribuera ainsi à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation », espère l’agence française.

 Les autres projets ciblent le développement de programmes économiques créateurs d’opportunités d’emplois pour les jeunes. Il  y a d’abord l’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez au Niger, zones de transit des migrants qui sera financé à hauteur de 30 M€. Ensuite,   l’appui aux initiatives de la diaspora malienne en France et en Espagne (6 M€) et enfin,  l’appui au renforcement de la compétitivité des entreprises et de l’employabilité dans les zones de départ au Sénégal  pour 16 M€.

 Notons que le PNDP s’inscrit dans la politique de décentralisation du gouvernement camerounais et après 10 ans de mise en œuvre, il est aujourd’hui perçu par les communes comme un outil ayant fait ses preuves d’efficacité pour développer leurs projets prioritaires. Il a pour objectif d’améliorer les opportunités et les conditions de vie des populations rurales des 329 communes rurales du Cameroun par le développement de l’offre en services socio-économiques de base et le renforcement du processus de décentralisation, afin d’accroître les capacités des communes dans leur mission de promotion du développement local et de planification.

Christian Happi

Retour à l'accueil