Aide au développement

 

  106 milliards injectés dans l’économie  camerounaise

 

 

A ce jour, plus de 3 000 PME ont bénéficié de l’aide financière de l'AFD. Une aide à laquelle s’ajoute entre autres  600 salles de classe construites ou réhabilitées…

 

 

 

Le tissu économique du Cameroun est constitué  à 98% des PME. Mais en ce qui concerne  l’accès au crédit, les organisations internationales et agence  de développement font état d’un taux d’accès au crédit limité à 10% des entreprises. Si  l’accès  à ce mode de financement paraît difficile, l’on note tout de même que  le soutien apporté par des institutions internationales comme l’Agence française de développement (AFD) et sa filiale dédiée au secteur privé, Proparco (Société de promotion et de participation pour la coopération économique) est consistant. A ce jour, plus de 3 000 PME ont été financées et 106 milliards de FCFA directement injectés dans l’économie camerounaise  révélé Remy Rioux, Directeur  général de  l’AFD dans un entretien publié lundi dernier dans les colonnes de Cameroon Tribune.

 

Derrière ce montant,  confie le patron de l’institution, il  y a d’autres  formes  de financements accordés par l’AFD  à l’Etat du Cameroun. Citons à profusion sur le plan social 30 000 chèques santé ont été distribués  dans le septentrion pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile ;  plus de  600 salles de classe ont été construites ou réhabilitées ; 3 000 agriculteurs ont été formés ou sont en cours de formation et le programme d’appui à la compétitivité du secteur devrait augmenter sensiblement les revenus des 250 000 producteurs agricoles. Pas seulement.

En matière d’urbanisme, la présence de l’institution financière publique au Cameroun a permis de lancer la construction du second pont sur le Wouri (l’AFD a consenti un prêt de 29,5 milliards FCFA  sur un coût global de 120  milliards de FCFA). Aussi  le désenclavement  des quartiers et les projets d’assainissement des villes de Yaoundé et Douala, destinés à améliorer  la gestion du risque d’inondation et  de maladies hydriques.

 

L’agence française  n’est pas le seul organisme à octroyer de l’argent aux PME/PMI camerounaises. Entre 2006 et 2013,  le Fonds africain de garantie et de coopération économique (Fagace) est intervenu dans 14 projets, soit  un peu plus de 24 milliards de FCFA de garanties sur environ 73 milliards de FCFA. Les secteurs  qui ont bénéficié  de l’appui de l’institution financière internationale  sont diversifiés  mais  l’industrie est le premier avec    plus de 14 404 millions de FCFA de garanties octroyées pour un total de 5 projets.  Ensuite,  l’agro-industrie avec  des  garanties qui cumulent à 9 069  millions de FCFA seulement en 2012.

 

Au même titre que le Fagace, la Banque africaine de développement (BAD) avait octroyé le 26 septembre 2014, par  l’intermédiaire de son guichet secteur privé, une ligne de crédit de plus de 650 millions de FCFA à l’institution de microfinance Advans Cameroun.   Un an plus tôt, le pool de banques constitué d’Afriland First Bank, BICEC, Société Générale Cameroun, Ecobank, BGFI  et le fonds de garantie African Guarantee Fund mettait à la disposition  des entreprises locales 50 milliards. Idem pour la Banque internationale du Cameroun pour l'épargne et le crédit (Bicec) qui, depuis le lancement des activités d’affacturage en 2009, a déjà financé les PME et PMI à hauteur de 50 milliards de FCFA. Ce mécanisme de financement consiste à transférer les créances d’une entreprise à une banque ou autre institution d’affacturage, qui la finance alors immédiatement expliquait   en avril 2016 Hugues Olivier Bangneki, le directeur Afrique centrale et Ouest de la Coface (compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur), le partenaire technique de la BICEC dans l’affacturage.

 

 Christian Happi

Retour à l'accueil