Transport aérien

 

 Fly CamInter attend la levée de sa suspension

 

 La compagnie aérienne camerounaise à capitaux privés  dit s’être déjà conformée à la règlementation en vigueur et reste suspendue aux lèvres des autorités.

 

Les activités de  la nouvelle  compagnie aérienne AQUA2C, exerçant sous le nom commercial  de « Fly CamInter » sont suspendues depuis  le 24 mars 2016 par le ministre camerounais des Transports(Minstrans) Edgard Alain Mebe Ngo’o. En attendant la levée de  cette suspension,   qui dure près de trois  mois déjà,   les responsables  de la structure s’activent  pour  se conformer à la réglementation en vigueur.  Jusqu’ici, beaucoup  d’étapes ont été franchies  notamment en ce qui concerne le certificat dument délivré en 2014 et « les problèmes  administratifs à régler »  évoqués  dans un communiqué en mars  dernier par  l’entreprise. « Le volet d’actionnaire majoritaire a été intégré ce qui a  débouché à la modification  du registre  du commerce.  Ces informations ont été remontées à  l'Autorité aéronautique du Cameroun (CCAA) qui va à son tour les acheminer  au Minstrans »,  confie un cadre.

 

 Cela étant, force est de constater que les employés  de la compagnie n’ont pas chômé malgré l’interdiction de vol sur le ciel camerounais.  Ils travaillent tous les jours de 08h à 17h le soir à l’agence centrale, située  en face de l’ancien cinéma Le Wouri à  Douala.  «  Il faut montrer notre présence ; il faut que la clientèle sache que nous sommes toujours en poste », affirme une source interne. Les activités tournent cependant  au ralenti ce lundi 16 mai 2016.  Seules  quelques personnes sont présentes à leurs postes de travail sur 26 que compte Fly CamInter.   A l’exemple de l’hôtesse assise dans  la salle d’attente pour renseigner les visiteurs et des agents commerciaux qui font des simulations sur la vente. Pareils pour le  Directeur administratif et financier, du  comptable en charge des opérations de clôture et du DGA plongé dans les affaires de la compagnie aérienne à capitaux privés.

Fly Caminter a démarré ses activités le 27 mars 2016  mais a aussi tôt été suspendue  pour « non-conformité à la réglementation en vigueur », dans un communiqué rendu public le mercredi 30 mars 2016 par Edgard Alain Mebe Ngo’o prenant à témoin l’opinion nationale et internationale. La société  veut apporter une satisfaction aux hommes d’affaires vivant  dans les villes intérieures du pays notamment Garoua et  Maroua et le Grand Nord.  Par ailleurs cette société  compte parmi ses potentiels clients, des membres du gouvernement, les étudiants, les fonctionnaires, y compris les commerçants. « Nous avons trouvé qu’il y a des opportunités  à saisir sur les lignes du Grand Nord. Ceci, en raison de plusieurs facteurs. D’abord les difficultés d’offres et de choix de transporteur vers le Nord. Ensuite,  l’insécurité des routes du Nord qui pousse les populations à adopter le transport aérien. Puis, l’accessibilité des billets d’avion, qui permettrait de recruter la classe moyenne et la fidéliser », indiquait François Emmanuel, superviseur et chef du projet « Fly CamInter » vendredi 18 mars 2016 à Douala.

 

Pour atteindre leurs objectifs, les responsables de l’entreprise misent  sur la disponibilité  des vols quotidiens vers le Grand Nord: Yaoundé-Garoua/Garoua-Yaoundé, Yaoundé-Maroua/Maroua-Yaoundé, Douala-Garoua/Garoua-Douala, et Douala-Maroua/Maroua-Douala. La compagnie aérienne emploie pour l’instant 26 personnes dont des agents d’exploitations et des agents commerciaux. La compagnie aérienne dispose de deux agences, dont une  à Douala et l’autre  à Yaoundé.

 C.H.  

 

Retour à l'accueil