Infrastructures de télécommunications

MTN Cameroon investit 800 milliards en 16 ans

  

Cet argent a servi selon l’opérateur sud-africain à construire des infrastructures de télécommunications modernes permettant de désenclaver les zones même les plus reculées.

 

MTN Cameroon  est arrivé sur le marché de la téléphonie mobile en février 2000. En 16 ans de présence,  l’opérateur  dit avoir  investi près de 800 milliards de FCFA pour construire des infrastructures de télécommunications modernes qui permettent de renforcer les liens et de désenclaver les zones même les plus reculées, a révélé  Serge Esso, Directeur central des affaires publiques de MTN. Il s’exprimait ainsi pendant le forum sur les services 3G/4G dans l’économie numérique au Cameroun organisé  les 08 au 09 février dernier à Yaoundé par l’Agence de régulation  des télécommunications(ART).  A l’en croire,  le leader du secteur des télécommunications  est reconnu comme l’un  des plus gros contributeurs  de l’Etat. En effet,  depuis 2010 « nous avons payé pour plus de 600 milliards de FCFA à l’Etat et à ses organismes, sous forme de taxes, impôts et redevances diverses, dont près de 200 milliards de FCFA pour la seule année 2015. Nous avons également contribué au développement de dizaines d’entrepreneurs camerounais qui ont grandi avec nous comme sous-traitants ou fournisseurs de biens et services », a affirmé Serge Esso.

La tenue forum sur les services 3G/4G fut une tribune d’expression pour les différents opérateurs. Mieux une occasion  pour MTN de présenter  les initiatives  prises  en termes de produits et services pour accélérer  la transformation numérique du Cameroun : la connexion au câble sous-marin wacs qui permet au pays de monter en puissance en matière de bande passante ; le renforcement de la productivité des entreprises (vidéo conférence, téléconférence…)  à travers le datacenter construit en 2009 à Yaoundé;  le développement de l’e-commerce en signant des partenariat  avec Jumia, etc.

 Toutefois,  l’engagement de l’opérateur sud-africain  se heurte  à de nombreuses difficultés particulièrement  l’exigence  de réduction des coûts de communication par le régulateur sans mesures de facilitation. Et les restrictions réglementaires.  Pour MTN il est évident que « l’exclusivité accordée à l’opérateur historique pour déployer la fibre optique interurbaine est un facteur de ralentissement de l’expansion du numérique à grande vitesse ;  le niveau de maintenance et la qualité de service devant encore être améliorés. Tout comme les coûts du Broadband demeurent très élevés et les quantités disponibles au partage encore  insuffisantes ».

 Christian Happi

Retour à l'accueil