Infrastructures routières

 

276 millions de FCFA pour éclairer la ville de Douala

 

Cet investissement permettra d’installer au cours de cette année, des panneaux solaires dans la zone aéroportuaire, l’axe allant vers Youpwé, le lieu-dit Bois de singes, le Boulevard Leclerc…

 

Cette année,  la Communauté urbaine de Douala(CUD) va, comme part le passé,  mettre beaucoup d’argent dans l’éclairage public au moyen de panneaux solaires dans la capitale économique.  Le coût  du projet, évalué  à 276,8 millions de FCFA, permettra d’une part d’entretenir  le réseau déjà existant  à hauteur de 119 millions. Et d’autre part, de mettre en place de nouveaux panneaux photovoltaïques  à 157,8 millions de FCFA.  Le dossier d’appel d’offre est en cours de finalisation, apprend-on de source bien informée. Les axes concernés par cet investissement  sont  les lieux « où le vandalisme est exacerbé (coupure des  lampadaires existant et ses fils électriques par exemple) », a dévoilé le Chef de département de l’entretien des réseaux à la CUD. De même toute la zone aéroportuaire de la capitale économique, l’axe allant vers Youpwé, le lieu-dit Bois de singes, le Boulevard Leclerc où un projet similaire fut abandonné l’an dernier.  Il portait sur une quarantaine de foyers lumineux à installer. Malheureusement, l’entreprise adjudicataire du marché s’est montrée défaillante quelques semaines après avoir commencé les travaux. «  Est-ce  la faute du Délégué  du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala ? Pas du tout. Cette  structure a, à un moment donné été incapable de continuer pourtant, elle nous avait rassuré de l’arrivée des équipements en  provenance d’Allemagne lesquels ne sont jamais arrivés jusqu’aujourd’hui. Par conséquent, on a résilié son marché  après épuisement de toutes les voies de recours », clarifie une source proche du dossier à la CUD.

En effet, Douala compte aujourd’hui près de 300 panneaux solaires dont certains présentent défaillances conséquence d’un manque d’entretien mais surtout,  du vandalisme des populations. «  Ces équipements  souffrent  de l’incivisme des populations  comme sur ceux installés sur  Boulevard Leclerc. Aujourd’hui,  notre réflexion  sur une nouvelle approche. Nous envisageons de placer les batteries à hauteur pour qu’elles soient inaccessibles  aux bandits par des moyens sommaires », confie le spécialiste chargé du dossier à la CUD. A l’en croire,  ces infrastructures sont tombées  parfois en panne à cause  de l’atmosphère  très agressif de Douala   ce qui traduit  l’usure précoce des batteries mises en hauteur  et aussi parce que les experts qui  les ont installés,  avaient  donné un minimum cinq ans  pour commencer son entretien. Ce  qui ne fut un mauvais pronostic.  Cependant,  depuis l’année dernière, Delta Energie est en chargé d’entretenir l’ensemble du réseau à hauteur de près de 50 millions de FCFA.

La CUD n’est pas à son premier coup. La première opération date de plus de cinq ans. Elle avait permis  d’installer  des lampes solaires dans des axes tels que boulevard de la Liberté  jusqu’au rond point Deido,  la Place   du gouvernement et les localités de  Manoka, Djébalè entièrement électrifiées au moyen des panneaux solaires à cause du sol insulaire sujet   à la présence permanente de l’eau. 

Retour à l'accueil