Prospection

Une délégation Tunisienne en mission économique au Cameroun

 

Elle ambitionne d’identifier les opportunités de coopération et de conclure des accords de commercialisation  avec les hommes d’affaires locaux.

 

 

Les échanges commerciaux entre le Cameroun et la Tunisie  sont modestes comparativement à d’autres  États avec lesquels  le pays entretient des relations diplomatiques. En 2013,  les importations  tunisiennes  du Cameroun se situaient  à 2, 65 millions de dollars (environ 1, 61 milliard de FCFA), contre 7, 18 millions de dollars (près de 4, 357 milliards de FCFA) en 2012 soit une régression de 0,62%, selon les statistiques  rendues publiques par une mission de prospection multi-sectorielle tunisienne  qui séjourne  depuis hier lundi 07 décembre 2015 au Cameroun.  En revanche, durant cette même période,  le pays arabe a  acheté  aux Camerounais des marchandises  à hauteur  28,98 millions de dollars (17, 58 milliards de FCFA) contre  32,46 millions de dollars ce qui équivaut à 19, 69 milliards de FCFA en 2013 soit une hausse de 0,12% apprend-on. Les  produits concernent essentiellement  le bois et les ouvrages en bois alors qu’au niveau du Cameroun on importe notamment des  graisses, huiles, cires, le sel, soufre, chaux et ciments…

Les échanges commerciaux entre le Cameroun et la Tunisie   vont  cependant connaître une nette progression  en 2014. Ils étaient  de l’ordre de 15,7 milliards  de FCFA en 2014 contre 11,4 milliards  de FCFA en 2010,  révélait en mars 2015, Landoulsi Abderrazak, l’ambassadeur de Tunisie au Cameroun à l’occasion d’une cérémonie clôturant sa mission diplomatique en terre camerounaise.   Malgré cette nette amélioration, le niveau des échanges reste faible et reflète  la méconnaissance entre les deux pays de part et d’autre.  C’est donc  pour essayer de contribuer  à éliminer ce gap,  qu’une communauté d’hommes d’affaires tunisiens prospecte le Cameroun  depuis hier. Elle est composée d’une vingtaine  de chef d’entreprises évoluant dans divers secteurs d’activités : agroalimentaire,  industries mécaniques, électroniques et électroniques,  matériaux de construction, promotion immobilière et architecture, santé. Également les TIC, éducation et universités privées, domaine bancaire, environnement, énergie et mines…

Cette mission de prospection économique ambitionne, à travers  des contacts directs bilatéraux et des rencontres B2B entre les professionnels tunisiens et Camerounais de divers  secteurs économiques, d’identifier les opportunités de coopération, d’établir un cadre de partenariat, de conclure des accords de commercialisation de services, d’équipements et de produits et d’examiner les possibilités d’investissement et de joint-venture avec les opérateurs camerounais intéressés. «  Nous voulons nouer des relations, explorer des opportunités d’affaires et  améliorer nos relations commerciales avec le Cameroun.  De notre côté,  nous leur proposons nos services, produits, expertise dans des domaines variées », a affirmé  Nada Ziadi, membre de la délégation tunisienne.  A l’en croire,  les participants tunisiens  vont aussi optimiser le marketing  de leurs produits  et services et à mieux  les faire connaître au Cameroun et par là en Afrique Centrale.

 La mission de prospection multisectorielle tunisienne  est organisée par  Tunisie Afrique export en étroite collaboration avec  l’Utica (Union  tunisienne industrie commerce artisanat) et le soutien de l’ambassade de Tunisie à Yaoundé. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la région du Littoral.

 Christian Happi

 

 Férid Tounsi

 

« La Tunisie veut coopérer davantage avec le Cameroun »

 

La chef de la délégation d'hommes d'affaires tunisienne  justifie la venue de ses compatriotes au Cameroun.

 

Qu’est ce qui explique votre présence au Cameroun en mois de décembre ?

 

 Nous sommes une délégation d’hommes d’affaires privés tunisiens venus au Cameroun pour explorer avec nos homologues camerounais les possibilités de coopération,  de partenariat et de co-investissement au Cameroun et en Tunisie.  Nous souhaitons par ailleurs mettre un jalon  dans le cadre du codéveloppement afro-africain, tuniso-camerounais en se basant  sur une amitié traditionnelle.  A cet effet, nous sommes venus avec une forte délégation multisectorielle, aussi bien du secteur de l’agroalimentaire,  des TIC,   la santé, livre et cahiers scolaires,  BTP ainsi que  du commerce international. Le Cameroun est considéré par nous autres comme la porte  d’entrée  de l’Afrique centrale et à ce titre, plusieurs opportunités pourraient se dégager pour les Tunisiens  et leurs homologues Camerounais dans une logique  gagnant-gagnant.

 Que propose concrètement les hommes d’affaires tunisiens aux Camerounais au-delà des rencontres B2B et autres échanges ?

 

 Nous avons une société tunisienne  qui évolue dans les technologies de l’information et a établi une  filiale au Cameroun dans le but de se développer. Ça c’est du concret. Nous avons  en outre des entreprises qui sont dans le secteur de la santé  et qui voudraient à la fois échanger  des expériences mais aussi voir comment  avec leurs confrères  d’ici  elles  peuvent développer des  produits (dispositifs médicaux et autres) et  même dans des autres pays de l’Afrique centrale. Dans cette logique, les sociétés de commerce international dans l’agro-alimentaire voudraient  regarder la possibilité à la fois  de co-projet que de  coopération commerciale, industrielle…

 

 Qu’attendent les Tunisiens en retour de leurs homologues Camerounais ?

 

Le premier retour que nous attendons c’est  de voir  un rapprochement entre les hommes d’affaires des deux pays ; je crois qu’une des choses que les Tunisiens  et les Camerounais gagneraient à faire c’est de  mieux se faire connaître parce qu’en se connaissant un peu plus, nous pouvons optimiser nos ressources aussi bien humaines, technologiques qu’en matière première. En plus ce rapprochement, nous  pouvons échanger nos expériences, et  les échanges commerciaux qu’on pourrait entretenir se feront à un prix raisonnable.

 Propos recueillis par C.H.

 

Retour à l'accueil