Place portuaire

 

Plus de 4 000 conteneurs enlevés de juin à août 2015

 

 

Malgré cette performance  des goulots d’étranglements subsistent et  des pratiques peu orthodoxes de certains inspecteurs douaniers sont à dénoncer.

 

La  20ème cérémonie  d’évaluation  trimestrielle  des contrats de performance instituée par les douanes camerounaises s’est  tenue le 29 septembre 2015 à Douala sous la présidence de sa directrice générale Minette Libom Li Likeng.  De cette rencontre,  il ressort que  plus de 4 000 conteneurs ont été enlevés au port  durant la période allant de juin à août 2015 par les opérateurs.  Une performance atteinte  sans doute grâce aux  aménagements concertés  pour l’enlèvement des marchandises pendant  les weekends ou les jours fériés, des demandes de facturation en ligne au profit  des opérateurs sous contrats….

 N’empêche, des goulots d’étranglements subsistent  toujours au port autonome et  constitue une source d’inquiétudes, non seulement pour  les opérateurs locaux mais aussi, « pour certains pays dont les flux commerciaux maritimes transitent par Douala », a affirmé  la voix la plus autorisée de la place portuaire, reconnaissant que ces blocages  discréditent  l’image du Cameroun.   En effet, si tant est que la situation en RCA freine souvent l’enthousiasme des opérateurs à retirer leurs conteneurs au port,  il n’en reste pas moins que certaines pratiques qui faussent  les bases de l’évaluation  et qui peuvent rendre injustes certaines récompenses  accordées aux inspecteurs ont été relevées au cours du dernier semestre.  Pour y remédier,  les autorités douanières  promettent dans les tous prochains jour  la  mise en place d’ un comité  avec  pour mission  de jeter un regard critique  sur la contractualisation  dans les douanes camerounaises. Aussi, proposer des orientations appropriées  sur la base l’analyse des points d’insatisfaction  de l’exécution actuelle du contrat.  Ainsi dit,  les uns et les autres  doivent mettre en application les résolutions  consensuellement adoptées afin  d’inverser définitivement la courbe des délais d’enlèvement  et le coût de transit des marchandises. «  Je dirai à ceux qui seront tentés par le recours à des méthodes peu orthodoxes pour valider certains indicateurs du contrat, je serai sans faiblesse avec eux », prévient Libom Li Likeng.

La SABC maintient son leadership

 

 

Outre le nombre de containers dédouanés, la  20ème session d’évaluation  trimestrielle  des contrats de performance a permis d’apprendre que l’évaluation trimestrielle n’a pas été respectée comme le trimestre précédent. Un retard dû à certaines situations encore internes  à l’administration douanière,  et à des difficultés à harmoniser  plusieurs agendas. Cela dit, sur 24 opérateurs qui  étaient sous contrats pendant la période  comprise entre juin et août 2015, 15 ont convenablement rempli leurs contrats alors que 4  ont obtenu au moins 100% de moyens de réalisation, mais ont eu des difficultés avec l’indicateur relatif au taux de célérité  et au taux d’anticipation. Durant ce même temps,  quatre  opérateurs n’ont pas respecté les termes du contrat,  et un autre n’a pas été évalué.  

  En tout état de cause,   c'est la Société anonyme des brasseries du Cameroun(SABC)   qui est l’opérateur qui recueille le plus de points dans la catégorie « leaders » et maintient  par la même occasion sa suprématie. Le second dans la liste est Nestlé  Cameroun qui a respecté son contrat à 126,38 % et bénéficie désormais d’un taux de circuit bleu de 70%. Ensuite,   le groupe Louis Dreyfus  qui  s’en sort avec 122,23% et conserve 80% de circuit bleu, puis  Sorepco qui a réalisé son contrat à hauteur de 122,21%. Le cinquième dans la liste est  D. light qui affiche un taux de réalisation de 112, 5%, suivie  de Congeni  et  Cami auto 6ème ex aequo. Elles ont  respectivement totalisé une note de 111, 10%.

Minette Libom Li Likeng a, au cours de la cérémonie, aussi présenté le groupe des entreprises «challengers».   Ici,  Laborex est la société qui s’est le mieux illustrée  avec 122, 22% poursuivie  par  Congelcam qui a engrangé  119, 04% de taux de réalisation. D’autres entreprises comme Azur S.A. 118,51%,  Tropic  117, 45%, Jaco 114,81%, Fimex 111,10% et  l'Union Camerounaise de Brasseries (UCB) 101,58%.

 

La reforme des contrats de performance séduit CNUCED

 

Bien plus, la solution camerounaise  continue d’inspirer  d’autres pays et institutions.  Ainsi, après le Togo,  Benin, Libéria, la reforme camerounaise des contrats de performances a séduit la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED).  Cet organe subsidiaire de l'Assemblée générale des nations unie, nous apprend Minette Libom Li Likeng,  a développé un module  spécial à ajouter sur   le noyau Sydonia world  avec l’aide des experts camerounais. Ce module est en cours de déploiement en RDC, a suscité l’intérêt des autres pays à l’instar du Swaziland de l’Ouganda et d’Haïti. «  Je reviens du  Congo où  j’étais à la conférence des DG de l’Union africaine,  et la CNUCED a déjà vendu  son projet et quand on le présentait on n’a pas fait allusion au Cameroun ».

Par ailleurs,  les primes ont été attribuées aux inspecteurs de visite, aux chefs de service, ainsi qu’aux unités des douanes sous contrat ayant réalisé les meilleures performances.

 Faut-il le rappeler, l'objectif des contrats de performance est  de réduire  les délais et coûts des formalités de dédouanement des marchandises au port, encourager  et soutenir les investissements privés au Cameroun. Il a aussi pour but de renforcer  le partenariat douanes/entreprises, améliorer  le niveau de recouvrement des droits  et taxes de douane, développer l’activité  contentieuse par un meilleur ciblage des cargaisons…  De même, les contrats de performance vise à moderniser l'administration des douanes, accroître la transparence et la responsabilité des acteurs de la chaîne de dédouanement.

Christian Happi

Retour à l'accueil