Société générale Cameroun

Le bénéfice net  de la banque régresse de 49,5% en 2014

 La banque dirigée par  le français Alexandre Beziaud, a malgré cette contre performance, enregistré  une hausse de 48, 85 milliards de FCFA de son PNB.

 La Société générale (SG-Cameroun) a terminé l’année 2014 avec une baisse de son  bénéfice net après impôts. Il s’établit à  environ 4,79 milliards de FCFA, soit une régression de 49,5% par rapport aux chiffres réalisés à fin décembre 2013, a-t-on appris du rapport annuel  d’activité 2014   de la société disponible sur leur site officiel. Le produit net bancaire(PNB) est toutefois en hausse de 48, 85 milliards de FCFA enregistrant ainsi une croissance de près de 9% par rapport à l'an 2013. Cette performance financière dans le vert fait suite  à une bonne tenue de la marge d’intérêts (+13%) portée par la dynamique d’activité sur les crédits (effet volume et l’effet taux), et une progression remarquable des commissions (+8%). S’agissant  des  frais généraux (FG),  le rapport annuel d’activité 2014 de la banque française révèle qu’ils ont augmenté de plus de 9% soit 2,2 milliards  grâce à l’augmentation des frais de personnel (+7,8%) et la progression des frais d’exploitation (+10%).

Au cours de l’exercice 2014, SG-Cameroun a dégagé par ailleurs un résultat brut d’exploitation(RBE) de 22,9 milliards de FCFA en progression de +8,7% par rapport à son niveau au cours de l'exercice antérieure. Une évolution favorable du RBE boostée par la bonne tenue du PNB qui a progressé en valeur absolue dans des proportions plus importantes que les frais généraux. Dans le même temps, le coefficient d’exploitation ressort à 54,54% alors  que le coût net du risque (CNR) extériorise au 31 décembre 2014 affiche une charge nette de 8,17 milliards de FCFA. Soit une forte dégradation par rapport à son niveau de 2013 qui était de  3,55 milliard, analyse. Le CNR est impacté par le nettoyage du portefeuille clientèle privée à hauteur de 2,7 milliards et le déclassement de gros dossiers clientèle commerciale à hauteur de 5,5 milliards.

Parallèlement,  la filiale du groupe français Société générale a mis l’accent sur le renforcement de son maillage du territoire national.  Par conséquent les dépôts globaux se sont élevés  l'an dernier à 542 milliards contre 521 milliards en 2013, soit une progression de 4% qui aurait pu être plus importante si la banque n’avait accusé une baisse sensible des dépôts d’organismes publics et parapublics,  souligne Mathurin  Doumbe- Epee PCA de l'établissement. A l'en croire, les crédits globaux sont passés de 480 milliards à 510 milliards, extériorisant ainsi une poussée de 6% sur un an glissant, tirés essentiellement par les crédits à court terme (+ 11%).

 

 En termes de part de marché globale sur les crédits intégrant le crédit-bail et mettant de côté les créances douteuses et litigieuses, l'on apprend que la banque affiche un taux de 19,9% contre 21,1% à fin 2013. Malgré cette baisse, « nous restons leader du marché en terme de distribution de crédits à l’économie », affirment les administrateurs à l’issue  de l’Assemblée générale extraordinaire du 25 juin 2015, ajoutant que les encours moyens de crédits bruts à la clientèle ont augmenté de 6% sur un an glissant, tirés par les crédits court terme qui ont globalement pogressé de 11%. Cette performance intervenue dans un environnement bancaire très concurrentiel, reflète le dynamisme des équipes et une agressivité commerciale qui a permis à SG-Cameroun de capter d’importantes demandes de financement des grandes entreprises, des PME de la clientèle professionnelle et des particuliers.

 

Christian Happi

Retour à l'accueil