Crédit agricole du Cameroun

 

Les créanciers de la défunte banque passent à la caisse

 

L’opération commence ce matin et ne concerne pour le moment que 20 personnes physique ou morale.

 

25 ans. C’est le temps qu’a fallu aux créanciers du Crédit agricole du Cameroun (CAC) pour entrer en possession de leur argent.   Ces indemnisations commencent dès ce matin  dans les différentes agences du Cameroun. Mais, pour ce  premier retrait,  tous les clients ne sont pas concernés. Dans un communiqué,  Marie-Rose Messi, general manager  de la Société  de recouvrement des créances du Cameroun(SRC), a indiqué que cette opération n’intéresse que 20 personnes physiques ou morales. Bien que les raisons de cette liste restreinte ne soient pas connues, l’on sait tout de même que les intéressés ont jusqu’au 30 septembre prochain pour passer à la caisse. À condition de se munir des documents exigés,  notamment   la carte nationale d’identité et sa photocopie,  l’original de l’accusé de réception ou déclaration sur l’honneur notariée attestant de la perte de l’original et dégageant la responsabilité du liquidateur.

 En cas d’empêchement, les clients de cette ancienne structure bancaire peuvent mandater un proche qui doit fournir entre autres, l’original de l’accusé de réception ou une déclaration sur l’honneur notariée, la carte nationale d’identité et sa photocopies, une procuration notariée du créancier et sa photocopie ainsi que  la photocopie  certifiée conforme de la CNI du créancier.

 S’agissant des successions,  le communiqué publié  vendredi dernier dans les colonnes de Cameroon tribune affirme que  les intéressés doivent apporter l’original de l’accusé de réception ou déclaration sur l’honneur notariée. Egalement, la carte nationale d’identité de l’administrateur des biens et sa photocopie, l’acte de décès du créancier, l’original de la grosse du jugement d’hérédité, le certificat de non appel ou de non opposition,  un des ayants-droit du dé cujus dont le nom figure dans le jugement d’hérédité muni de sa CNI et de sa photocopie.

 Les sociétés  ou établissements ne sont pas épargnés par  les pièces à présenter aux guichets. Ils leur aient demandé de montrer l’original de l’accusé de réception ou déclaration sur l’honneur notariée, la carte nationale d’identité du promoteur ou gérant et une photocopie de ladite pièce, et les statuts de la société ou établissement.

 Christian Happi

Retour à l'accueil