Partenariat économique

 

 

Une mission indienne au Cameroun reportée faute de visa

 
 

L’entreprise « C&S Electric limited» n’arrive finalement au pays qu’en début de mois d’octobre prochain.

 

Initialement prévue pour ce mois d’août, la mission que devait effectuer l’entreprise indienne « C&S  Electric limited», une industrie spécialisée dans les process industriels automatisés et les machines spéciales, au Cameroun  a été reportée en début octobre.   Des  difficultés liées à l’obtention du visa seraient à l’origine de ce renvoi, affirme un communiqué publié par la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun(BSTP) sur son site internet, non sans s’excuser pour tous les désagréments que cause ce report.

 En principe, la délégation indienne devait  entamer  une série de voyages sur le continent africain au courant de ce mois.  Cette mission doit  conduit ces hommes d’affaires  dans plusieurs pays, notamment au Nigeria et au Ghana.  Durant leur séjour au Cameroun,  les indiens rencontreront non seulement des chefs d’entreprises mais aussi visiter de potentielles entreprises partenaires.

« C&S Electric limited» fait également dans la fabrication d'ensembles et de sous-ensembles en petites et moyennes séries, les prestations globales pour les grands comptes industriels. Elle est  par ailleurs  selon la BSTP, leader dans la fabrication des équipements électriques et électroniques et est active en Asie du sud-est, en Afrique de l’ouest et australe, en Chine et en Europe centrale.

 Rappelons que le  Cameroun est le pays avec lequel l’Inde  entretient le plus  d’échanges commerciaux dans la  sous région Afrique centrale ces dernières années.  Ils sont actuellement estimés à 250 milliards de  FCFA par an, révélait le Haut-commissaire de l’Inde au Cameroun, A R Ghanashyam.  C’était l’année dernière au cours d’une rencontre avec les autorités camerounaises. Pour renforcer ce partenariat entre les deux pays, le diplomate indien avait souhaité « importer au Cameroun le modèle de développement des PME implémenté en Inde, qui a fait de ces structures l’épine dorsale de l’économie indienne». Mais aussi,  «un pont entre les PME indiennes et camerounaises».

Christian Happi

Retour à l'accueil