BTP

Dangote envisage de construire sa 2ème cimenterie  au Cameroun

 

 

La nouvelle usine sera basée à Yaoundé  et aura une capacité annuelle de 1,5 million de tonnes.

 

 

 

Aliko Dangote projette de  construire  dans les prochaines semaines, sa deuxième cimenterie au Cameroun. Le coût de l’investissement est évalué à  150 millions de dollars, soit 88, 7 milliards de FCFA, a révélé le vendredi 03 juillet 2015, l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, relayant  l’annonce faite  par le richissime homme d’affaires nigérian à la sortie d’une audience  à lui accordée le 02 juillet  par le premier ministre Philemon Yang.

D’une capacité de production annuelle de 1,5 million de tonnes,  souligne  le magazine Jeune Afrique, la nouvelle cimenterie de Dangote Group sera  implantée dans la banlieue de Yaoundé et aura le même calibre que celui de  Douala. Les travaux, qui seront effectués par l’entreprise chinoise Sinoma, « débuteront avant la fin de l’année et dureront 20 mois », affirme  Jeune Afrique, citant une source interne à Dangote Group.

 Ceci étant, ce projet  qui vise à anticiper une nouvelle augmentation de la demande de ciments au Cameroun et en Afrique centrale  n’est pas  la seule ambition chère à Aliko Dangote.  L’on apprend en effet, auprès de notre même source, que  le PDG  du groupe Dangote envisage  de diversifier ses activités dans le pays en explorant des opportunités dans les hydrocarbures (pétrole et gaz) et l’agriculture (riz et sucre).  Toujours  dans le registre des investissements,  Aliko Dangote  souhaite acquérir plus de 220 camions qui serviront à distribuer du ciment Dangote aux quatre coins du pays.

 L’annonce de la construction d’une autre fabrique de ciments dans la capitale politique du Cameroun vient rallonger la liste des acteurs présents  sur un marché dont l’offre nationale s’élevait à 5,2 millions de tonnes en 2014. Cimencam (Lafarge), le marocain Ciments d’Afrique (Cimaf), et  bientôt le turc Medcem sont les entreprises qui y opèrent.

 En rappel, la cimenterie Dangote de Douala entend produire 950 000 tonnes d’ici à la fin d’année et conquérir 30% de parts du marché local du ciment.

Retour à l'accueil