BICEC: La banque s’associe  à la Banque mondiale pour soutenir  le Pidma

Une convention de risques a été signée entre les deux institutions à hauteur de 2,5 milliards de FCFA pour venir en aide aux agriculteurs camerounais impliqués dans ce projet.

La Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit(Bicec) et l’International finance corporation(IFC) du groupe Banque mondiale ont signé le mardi 31 mars dernier à Douala, une convention de partage de risques liés au projet d’investissement et développement des marchés agricoles (Pidma). Le montant de la convention est évalué à 2,5 milliards de FCFA. Les investissements des sociétés coopératives sélectionnées seront financés à hauteur de 50% par Pidma, un maximum de 40% par les institutions financières et un minimum de 10% d’apports en fonds propres, selon les responsables de la banque. Le projet compte d’ici 2019, financer plus de 400 coopératives.

De fait, cette signature vise à soutenir les activités d’octroi de prêts aux sociétés coopératives regroupant des producteurs locaux de manioc, maïs et sorgho. Elle permettra en outre de « couvrir les risques de non remboursement inhérents à la mise en œuvre dudit projet », a affirmé Pierre Mahé, Directeur général de la Bicec. A l’en croire, la convention officialise la fin d’une phase de conception du projet qui consiste à financer des productions agricoles au travers d’un système de coopératives et d’une chaine de valeur qui va se mettre en place. Pour Florence Boupda, l’un des responsables d’IFC, c’est une façon pour sa structure d’aider la Bicec à mieux appréhender le risque des coopératives agricoles d’autant plus que le secteur agricole est un secteur clé dans l’économie camerounaise.

A en croire la banque, la filiale du groupe de la Banque populaire caisses d'épargne(BPCE), a accordé au cours de l’année écoulée, des prêts pour un montant global d’environ 18 milliards de FCFA au secteur agricole. Ces différents concours ont permis de toucher d’une manière directe et indirecte plus de 200 000 petits exploitants agricoles. « La Bicec est un partenaire important permettant à IFC d’atteindre et d’appuyer les producteurs de denrées alimentaires au Cameroun », a affirmé Saran Kebet-Koulibaly. Rappelons qu’à l’heure actuelle, 80% du manioc, du maïs et du sorgho achetés par les entreprises agroalimentaires camerounaises sont importés, bien que 75% des exploitations agricoles camerounaises cultivent ces produits.

Christian Happi

Retour à l'accueil