Accidents de circulation: Deuxième cause de mortalité pour la tranche de 5 à 29 ans

La plupart de ces accidents sont dus aux comportements irresponsables des conducteurs au volant.

Les accidents de circulation sont la deuxième cause de mortalité pour la tranche de 5 à 29 ans, a-t-on appris vendredi dernier auprès des responsables de Safe way right way, une fondation qui milite pour le changement des comportements sur les routes. La plupart de ces accidents, expliquent-ils, sont dus aux comportements irresponsables des conducteurs, lesquels ne respectent pas toujours les conditions de sécurité sur la route. On constate ainsi que certains parmi eux font des mauvais dépassements, surchargent, boivent, somnolent et téléphonent au volant. « Nous devons adapter notre conduite aux infrastructures routières, c'est-à-dire faire attention à l’état des routes », a affirmé Cécile Eyike, directeur de la fondation, contredisant ainsi ceux qui pointent du doigt l’état de délabrement des routes.

En effet, beaucoup reste à faire pour limiter le nombre d’accidents de la circulation dans les paysages urbains et ruraux des villes camerounaises. C’est pourquoi, Safe way right way organise du 05 au 07 mai prochain à Douala et Yaoundé, la 3ème édition de la caravane de sensibilisation sur la sécurité routière. Elle s’inscrit dans le cadre de la semaine des Nations unies sur la sécurité routière sur le thème « save kids lives ». Un slogan qui, selon la fondation, traduit la nécessité d’entreprendre des activités susceptibles de sensibiliser les usagers de la route sur la vulnérabilité des enfants.

Ainsi, durant trois jours, la caravane se déploiera dans plusieurs villes avec Pouma comme point de convergence. Ces différentes étapes, apprend-on, ont été choisies pour la diffusion des messages à travers des manifestations populaires et des contacts B2B dans les aires de repos, gare-routières, etc.

Notons que le but de cette édition est de promouvoir le changement de comportements des adultes par l’application des règles et mesures de sécurité routière afin de prévenir les accidents de la route impliquant les enfants. Egalement, renouveler l’expérience sur l’itinéraire Douala-Yaoundé. « La recrudescence ces derniers mois du nombre des accidents sur l’axe Douala-Yaoundé, conséquence directe de l’augmentation du taux de motorisation et de la difficulté pour les conducteurs à adopter des comportements responsables, interpelle la fondation en tant qu’acteur de la sécurité routière », justifie Cécile Eyike.

Christian Happi

Retour à l'accueil