Micro-finance:CCA veut  tourne la page des livrets d’épargne

L’EMF envisage de remplacer à partir du 1er février 2015, ces carnets par des cartes identité bancaire.

Une nouvelle page va bientôt se tourner au Crédit communautaire d’Afrique(CCA). L’établissement de microfinance(EMF) projette de remplacer à compter du 1er février 2015, les livrets d’épargne de ses clients par des cartes identité bancaire(CIB). D’après les responsables de l’EMF, cette carte comporte une bande magnétique et permettant aux épargnants de s’assurer « une sécurité complémentaire pour toutes les opérations de retraits de caisse sur votre compte bancaire », expliquent-ils. Selon un communiqué collé sur les murs des agences, ce changement de cap s’inscrit dans le cadre de la modernisation du service de la microfinance. « Nous sommes entrain d’aller vers la banque et c’est une opération qui ne peut se faire que progressivement », révèle un employé de l’entreprise. A l’en croire les CIB seront associées aux porte-monnaie électroniques et auront les mêmes fonctionnalités que les livrets d’épargne. Cependant, pour être détenteur de la CIB, explique un employé de l’agence CCA sise « ancien dalip », « les clients titulaires des comptes d’épargne doivent remplir un formulaire et payer la somme de 7 000 FCFA l’année ».

Crée en 1997, le Crédit communautaire est un établissement de microfinance de 2ème catégorie. Il œuvre de façon « considérable » dans le monde rural à travers le financement des petites activités paysannes, l'encadrement, la recherche des débouchés et l'écoulement sur le marché national et international des produits du monde rural, explique son site internet. L’EMF a octroyé au cours de l’année 2011, plus de 30 milliards de FCFA de crédits dont plus de 65% consacrés au financement des couches les plus vulnérables de la population.

CCA dispose d’une équipe de plus de 340 personnes dont 60% sont les femmes. Il a un capital social des cinq milliards de FCFA et son activité à nos jours touche plus de 200 000 bénéficiaires dont plus de 65% constitués d'agriculteurs, éleveurs et groupes de femmes pauvres. Son implication dans l’amélioration des conditions de vie des populations, lui a valu en 2007, le prix de meilleur établissement africain de micro finance de la décennie, souligne l’EMF.

Christian Happi

Retour à l'accueil